Tamazight langue "officielle" : 46 postes en Tamazight ouverts contre 502 en arabe à... Tizi-Ouzou !

04/04/2016 - 11:58

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Le ministère algérien de l'Education vient de faire écho à «l’officialisation de Tamazight» annoncée en grande fanfare par l’Etat algérien. Il vient de confirmer la discrimination coloniale de l'Etat algérien à l'égard de la seule langue légitime de la Kabylie par le ridicule des postes budgétaires attribué à l’enseignement de Tamazight.

La Direction de l'éducation algérienne de Tizi-Uzzu a en effet été dotée de 46 postes budgétaires pour l’enseignement de Tamazight contre 502 postes budgétaires pour l’enseignement de l’Arabe...


Tamazight langue "officielle" : 46 postes en Tamazight ouverts contre 502 en arabe à... Tizi-Ouzou !
De fait, Tamazight langue "nationale et officielle", annoncée par le KDS "Agujil Bwawal", (ndlr; l'orphelin de la langue) tel que l'a surnommé Matoub Lounès qui ne s'y est pas trompé, prend tout son sens.

L'officialisation de Tamazight s'exprime magistralement "par les chiffres" des postes budgétaires que lui attribue le ministère algérien de l'Education et constitue une traduction, logique et cohérente, d'une politique coloniale assimilationniste qui vise à constitutionnaliser "l'orphelinat linguistique"... à l'image de son annonciateur, Agujil Bwawal

Pour précision, les 502 postes pour la langue arabe sont répartis en fonction des besoins d’arabisation du peuple kabyle :
13 postes budgétaires pour l’enseignement secondaire,
55 postes pour l’enseignement moyen et
434 pour l’enseignement primaire qui viennent en renfort pour arabiser encore davantage le pays kabyle.

Quant à l'enseignement de Tamazight :
14 postes budgétaires sont destinés au primaire,
10 postes budgétaires sont destinés au moyen,
22 postes budgétaires sont destinés au secondaire,

Ainsi donc, comme cela a été dénoncé par la plupart des observateurs de bonne foi, l’officialisation de Tamazight n'est que de la poudre aux yeux destiné à freiner l’avancée du MAK ; une avancée telle que le préfet de Tizi-Ouzou se soit senti obligé de convoquer les élus placés sous son administration pour leur signifier que "Le MAK est un danger ! » et que «le développement de la région viendra après avoir éliminé le MAK en mettant ses militants en cellules»… Preuve en est que d'opposition en Kabylie, il n'y a que le MAK et rien d'autre que le MAK

dk/zp
SIWEL 041158 AVR 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu