Tamazight interdite à Kherrata

14/12/2013 - 18:08

KHERRATA (SIWEL) — Dans la commune de Kherrata, l’accadémie de Vgayet a envoyé un enseignant pour assurer les cours de Tamazight dans une école primaire sise au village de MERWAHA. Les enfants qui ont accueilli cette matière avec euphorie ont vu leur espoir d’étudier leur langue se dissiper devant l’acharnement affiché par le président de l’association des parents d’élèves contre « Tamazight ».


Depuis que « Tamazight » est constitutionalisée, son enseignement n’arrête pas de reculer. Profitant du caractère facultatif de l’enseignement de Tamazight, le régime raciste d’Alger a mobilisé un peu partout en Kabylie ses salafistes et ses serviteurs locaux pour entraver l’introduction de notre langue dans le système éducatif en exigeant de mettre un terme à son enseignement dans plusieurs établissements scolaires.

Dans la commune de Kherrata, l’accadémie de Vgayet a envoyé un enseignant pour assurer les cours de Tamazight dans une école primaire sise au village de MERWAHA. Les enfants qui ont accueilli cette matière avec euphorie ont vu leur espoir d’étudier leur langue se dissiper devant l’acharnement affiché par le président de l’association des parents d’élèves contre « Tamazight ».

Cet individu est connu pour son activisme dans le cadre de la propagande salafiste. Profitant de la naïveté de certains parents, il a initié une pétition selon laquelle, ils refusent que leurs enfants puissent recevoir un enseignement dans leur langue maternelle.

Ces soit-disant parents signataires d’une pétition qui les déshonore, refusent à leurs enfants le droit d’accéder au savoir. L’académie de Vgayet, au lieu de les convaincre qu’il s’agit là d’un crime contre l’innocence de ces enfants et contre leur langue maternelle, a tout simplement décidé de mettre fin aux fonctions de l’enseignant de Tamazight et par voie de conséquence mettre un terme à l’enseignement de Tamazight pour lequel tant de martyrs se sont sacrifiés.

Pour rappel, le premier à ouvrir le bal de cette protestation infâme, a été l’ambassadeur de Palestine en Algérie en envoyant une instruction au DE de Tizi Ouzou pour dispenser une collégienne palestinienne des cours de Tamazight.

Ce nouvel épisode de la politique d’arabisation et anti-kabyle du pouvoir algérien nous renseigne à quel point aucun statut ne vaut un Etat pour une langue.

Siwel Avec Tamurt



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu