Suite à la répression de la marche du 20 avril : les forces de répression trouvent un bouc émissaire (actualisé)

29/04/2014 - 15:32

TIZI-WEZZU (SIWEL) — L'on apprend de sources concordantes que le premier responsable de la BRI, Brigade de recherche et d'investigation de la police algérienne à Tizi-Wezzu, un certain Hideur, originaire d'Oran aurait été relevé de ses fonctions au début de cette semaine. Si l'information s'avère réelle, alors la Direction de la sûreté algérienne aura trouvé en ce personnage un simple bouc émissaire car les forces de police n'agissent nullement selon leur propre chef et les actes de violence sont loin d'être l'apanage d'un seul individu, ni même d'un groupe d'individus mais bien de l'ensemble de l'institution répressive.


Le policier "santionné" était parmi cette meute qui s'acharne sur un manifestant. PH/DR
Le policier "santionné" était parmi cette meute qui s'acharne sur un manifestant. PH/DR
Selon notre source, qui a bien entendu gardé l'anonymat, on reprochait à cet élément la trop grande visibilité dans "sa responsabilité dans la répression des manifestants du 20 avril".

"Il était connu pour son antikabylisme primaire", affirme encore notre source, ajoutant que "toutes les affaires liées aux militants du MAK passaient par sa main".

Ce policier zélé, pour rappel a été chargé, le 10 mars écoulé, d'interroger les militants du MAK arrêtés à Tizi-Wezzu. Il a avait même chargé des éléments de son groupe d'effectuer des perquisitions aux domiciles de certains militants.

Malheureusement pour lui, ce policier a été pris en photo le 20 avril dernier en train de rouer de coups un jeune manifestant et il n'est plus possible de le maintenir en poste à Tizi-Ouzou.

Notre source ajoute que lors de la réunion qui a abouti à "sa sanction", le sieur Hideur s'est défendu en mettant en avant, et d'ailleurs à juste titre, que c'était bien là, la mission pour laquelle il a été muté depuis Constantine vers Tizi-Wezzu.

"Ils me connaissaient avant que je vienne à Tizi", a-t-il dit, avant d'ajouter que "mes supérieurs m'ont désigné pour une mission". Tout le monde aura ainsi compris que sa mission était de mettre en pratique son antikabylisme.

Ce qui lui est en fait reproché c'est d'avoir mis en pratique son racisme de manière un peu trop ostentatoire mais peut-être qu'après avoir sévi en Kabylie, il sera envoyé à Ghardaïa.

aai
SIWEL 29 1431 AVR 14



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu