Son procès devait se tenir aujourd'hui à Tizi-Ouzou : le journaliste Lakhdar Siad refuse de se présenter devant le juge

12/11/2012 - 13:41

TIZI-OUZOU (SIWEL) — C'est aujourd'hui que le procès du journaliste Lakhdar Siad devait avoir lieu au tribunal de Tizi-Ouzou. Lakhdar Siad a refusé de se présenter devant le juge, et il a adressé un courrier au ministère de la Justice.
Ce matin, Lkahdar Siad a été accompagné de son avocat, de ses amis et d'une délégation du MAK conduite par son président en signe de soutien au journaliste qui rejette un procès tronqué.
Nous reproduisons la lettre envoyée au ministère de la Justice.


Tizi-Ouzou (Kabylie), le 12 novembre 2012
Au Ministère de la Justice algérienne


Objet : Rejet d’un procès tronqué et d’une justice sur mesure

Aujourd’hui, lundi 12 novembre 2012 mon affaire est programmée par le Tribunal de Tizi-Ouzou près de six ans après les faits. Durant tout ce long temps, ma plainte déposée le 28 avril 2007 au niveau de la police n’a jamais fait l’objet d’instruction étant portée disparue, dissimulée ou détruite par des mains qui doivent tôt ou tard répondre de leurs agissements honteux. Le semblant de dossier parvenu enfin au parquet est amputé des pièces essentielles pour la compréhension, l’appréciation et le jugement juste et équitable de l’affaire.

Le dossier est ainsi vidé de sa substance, sans compter les conséquences juridiques du point de vue pénal sur une telle affaire près de six ans après son occurrence. Ce procès n’est pas en définitive le mien !
De ce fait, étant conscient qu’un pouvoir habitué depuis des décennies aux dérives politiques ne peut produire et tolérer qu’une justice qui lui renvoie l’ascenseur :
Je juge malhabile cette justice pour juger l’affaire ;

Je refuse que mon affaire soit jugée par une justice incapable d’assurer le fonctionnement normal de ses services ou de contrôler ses personnels ;

Je m’interdis de servir d’alibi à une justice irréformable qui tenterait de se racheter après coup par l’exception en s’offrant l’image trompeuse d’une institution où tous les justiciables sont égaux.

Aussi, il est de mon devoir de kabyle et d’amazigh fière de son identité, de sa langue, de sa culture et de sa terre de suivre où qu’elle mène la voie de la justice.


L’intéressé,
Lakhdar Siad

-Ci-joint copie :
Lettre ouverte à l’opinion publique et aux ONG autonomes


SIWEL 121341 NOV 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche