Situation en Kabylie : La réaction du Réseau Anavad

17/08/2013 - 15:54

PARIS (SIWEL) — Dans une déclaration rendue publique par le Réseau Anavad, ces militants évoquent la situation de la Kabylie, notamment son combat pour la liberté. La déclaration que nous publions dans son intégralité évoque aussi le pouvoir algérien et sa machination contre la région.


La mobilisation de la Kabylie pour sa liberté. PH/DR
La mobilisation de la Kabylie pour sa liberté. PH/DR
Le réseau ANAVAD salue le courage et la lucidité de la Kabylie qui a bravé le délit de conscience imposé par l’Etat inquisiteur d’Alger sur l'observation stricte du jeûne du ramadan. Elle a ainsi exprimé son désir profond de liberté et sa détermination à défendre ses fondements et ses valeurs séculaires de laïcité et de liberté de conscience.

Cette action, initiée par les forces vives kabyles dont le MAK le 03 août dernier sur la place Matoub Lounes à Tizi-ouzou et à Aokas, au delà de sa dimension internationale et son universalité, a ruiné le plan machiavélique du régime criminel d’Alger, de détruire la Kabylie. En effet, depuis qu’il a scellé un contrat avec les islamistes terroristes en 1997, à l’issue d’une guerre qui’ils ont mené ensemble contre les peuples d’Algérie et qui a fait plus de 250 000 morts, la Kabylie est transformée par les deux protagonistes en leur terrain de jeu. Les islamistes tentent de faire de la Kabylie leur territoire conquis et les militaires qui tirent des terroristes islamistes le prétexte pour renforcer leur occupation de notre territoire, tout en leur assurant protection et immunité pour opérer kidnappings et assassinats.

En actionnant son jouet Ali Ben hadj et ses salafistes qui sont venus s’agenouiller devant notre rebelle, le régime anti kabyle d’Alger a tenté de criminaliser cet acte de défense des libertés fondamentales et légaliser par la même occasion le salafisme, le terrorisme, l’intégrisme et l’inquisition auxquels il avait déjà consacré l’impunité.

Son objectif est de soumettre la Kabylie par la terreur islamiste. Mais la Kabylie résiste et prend des initiatives libératrices, le cas de l’imam salafiste de Tifilkut chassé par les citoyens et le comité de village est édifiant. Ce village kabyle, à l’instar d'Imzizu (Fréha) récemment et de Timizart en 2010, vient de nous donner une leçon de courage et la promesse que la Kabylie n’abdiquera jamais devant le chantage qu’exerce le régime mafieux d’Alger à travers ses salafistes, ses terroristes, ses relais et ses gendarmes assassins.

Sentant la Kabylie lui échapper, le régime salafiste d’Alger multiplie les manœuvres et les manipulations en actionnant ses différents leviers comme à chaque fois que le peuple kabyle s’insurge contre l’injustice qu’il subit depuis plus de 50 ans. Faux opposants, ministres corrompus, pions insignifiants qui cherchent à se construire une légitimité en s’attaquent en chœur de manière absurde, qui à cette initiative, qui à nos leaders ou bien par des tentatives visant à déposséder la Kabylie de son sursaut libérateur en l’attribuant à des algériens et au profit d'un algérianisme qui fait le lit de notre disparition. En voulant détourner le rassemblement de tizi ouzou de sa dimension kabyle, ils ont démontré à quel point le régime raciste d’Alger qui les actionne, a peur de l’internationalisation de la question kabyle.

Cela contribue à cette guerre sans merci qu’entreprend le régime d’Alger contre la Kabylie au travers de ses « algérianistes », de ses médias et les médias français qui ont indignement présenté le rassemblement de Tizi Ouzou comme celui des Algériens. Ce n’est certainement pas par hasard que ce maire français a eu la « généreuse » idée de baptiser une place au nom de notre rebelle Matoub Lounes, en inscrivant sur la plaque portant son nom ceci :« chanteur algérien, d'expression berbère assassiné en Kabylie. » Ce genre d’amalgame ou d’orientation de la vérité suppose non seulement du culot mais une dose de haine vis a vis de tout ce qui est kabyle, donc ses valeurs millénaires. En lisant cette aberration on comprend que Matoub est un algérien qui a été assassiné par la Kabylie alors que la vérité est l’exacte contraire : Matoub est un kabyle qui a été assassiné par cette Algérie ayant fait naître ces monstres qu'ils soient islamistes ou du DRS.

Notre combat pour l’autodétermination de la Kabylie est légitime, il s’en trouve plus légitime encore depuis la réaction du régime et ses salafistes en désignant un acte de liberté, un acte salvateur et libérateur comme une provocation, ce qui n’a pas tardé à susciter des appels aux meurtres des kabyles. Les pressions et les menaces exercées contre le chanteur engagé Zedek Mouloud sont destinées à museler tous les artistes kabyles qui sont les portes flambeau de notre droit à la liberté. Le Réseau ANAVAD lui apporte son indéfectible soutien et appelle le monde de la culture de se lever pour dénoncer ces dérives criminelles et soutenir cet artiste de talent et son droit de prendre position au côté de son peuple.

Alger sait que « l'Algérie », qui est une création coloniale, est en phase finale… il tentent de gagner du temps en détournant le maximum d’argent possible. Ce n'est plus une équipe qui est contestée, mais le modèle même de l'Etat jacobin hérité de la colonisation…Quand une telle idée est née, rien ne peut l'arrêter.

Le peuple kabyle avance tous les jours un peu plus vers sa libération. Si les autres peuples d’Algérie décident enfin de se débarrasser de ces criminels qui sème la mort et la désolation, nous leur disons que la Kabylie est prête depuis 1963 mais quelque soit ce qui se passera, la Kabylie sera libre et construira l’avenir qu’elle aurait choisi pour ses enfants.

Gaya Izennaxen
Président du Réseau Anavad.


SIWEL 16 1554 AOÜT 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu