Sétif: la gendarmerie algérienne harcèle un ancien délégué des aachrs de confession chrétienne

14/06/2013 - 12:06

BOUAANDAS (SIWEL) — Comme partout ailleurs en Kabylie, la gendarmerie algérienne, indifférente au banditisme et au terrorisme poursuit sa mission d'intimidations contre les paisibles citoyens kabyles. Dans le département (wilaya) de Sétif, un citoyen kabyle, Slimane Bohafs, ancien délégué du mouvement des Archs, connu pour ses articles et ses commentaires incisifs contre le régime raciste d’Alger, subit un harcèlement sécuritaire de la part de la gendarmerie algérienne alors que les barbus et autres délinquants, notamment ceux du régime algériens qui tiennent en otage la société kabyle, pratiquent librement leurs activités de nuisance en Kabylie.


Depuis le tragique printemps noir de kabylie en 2001, la gendarmerie algérienne nourrit une haine viscérale vis à vis du peuple Kabyle qui résiste à son dictât.(PH/DR)
Depuis le tragique printemps noir de kabylie en 2001, la gendarmerie algérienne nourrit une haine viscérale vis à vis du peuple Kabyle qui résiste à son dictât.(PH/DR)
Selon les témoignages de certains habitants de la même localité, en plus d'être un ancien délégué des Archs, la confession chrétienne de Slimane Bohafs serait à l’origine des intimidations récurrentes que la victime subit de la part des gendarmes de la commune de Boussellam (Daira de Bouaândes), dans le département de Setif.

La victime du harcèlement des gendarmes algériens a déclaré à Siwel: « à chaque fois que je passe par un barrage de la gendarmerie de ma commune, à Boussellam, on me provoque sous prétexte que je suis recherché mais sans jamais me donner ni le motif ni la preuve de l’existence de cet avis de recherche. Je pense que c’est à cause de mes positions politiques que j’exprime à travers des articles et de ma confession chrétienne que je suis leur cible. Je dénonce cet harcèlement qui porte atteinte à ma dignité, à ma liberté d’opinion et ma liberté de culte »

Ainsi, la gendarmerie algérienne n'a pas changé d'optique vis à vis de la Kabylie dont elle harcèle la population tout en laissant libre cours au banditisme et au terrorisme, sans compter la corruption de la mafia politico-financière installé par l'Etat algérien à la tête des communes de Kabylie à la faveur des prétendues élections locales

cdb,
SIWEL 141206 JUIN 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu