Réussite du Congrès du MAK : Un quotidien algérien annonce des "sanctions sévères" contre le Wali de Tizi-Ouzou et les services de sécurité algériens

28/02/2016 - 21:05

ALGER (SIWEL) — Selon le quotidien algérien en langue arabe, El Khabar, le wali (préfet) de Tizi Ouzou et les responsables des services de sécurité algériens basés en Kabylie seraient sous le coup de sanctions sévères suite à la réussite du 3è Congrès du MAK.

En effet, malgré l’impressionnant dispositif des services de police et de gendarmerie pour tenter d’empêcher la tenue du dit Congrès, arrêtant et bloquant plus de 200 militants du MAK dans les barrages et commissariats de police, ce n'est pas moins de 700 congressistes qui ont pu se rendre à At-Zellal sur les lieux du Congrès.


Selon le quotidien algérien El Khabar, version en arabe du journal dit indépendant El Watan, « Le wali de Tizi-Ouzou se trouve dans une position peu enviable en raison de son incapacité à empêcher le mouvement séparatiste MAK d’organiser son congrès dans le village At-Zellal dans la circonscription de Mekla en cette fin de semaine ».

La version en arabe du quotidien El Watan qui use allègrement du terme "séparatiste" précise que le dit wali « n’a pas pu recueillir toutes les informations concernant la tenue de ce congrès où se sont déroulés les travaux de cette rencontre sur les revendications séparatistes de cette région »

El Khabar ajoute que selon ses sources «plusieurs responsables locaux des services de sécurité seront exposés à des sanctions, après qu’un blâme leur aient été adressé cette fin de semaine, et ce, en raison de leur négligence dans cette tâche », autrement dit empêcher la tenue du Congrès du MAK.

Puis, le journal El Khabar de conclure : « Le MAK a pu rassembler environ 700 congressistes, ce qui a incité nos sources à se demander comment le MAK a pu réussir à organiser cette rencontre qui a dû beaucoup leur coûter»... sans doute une insinuation incitant les lecteurs arabisants à penser à la fameuse main étrangère qui vient toujours, selon la propagande de l'État algérien, soit d'Israël, du Maroc, des USA ou encore de la France... et parfois même des quatre à la fois.

Source El Khabar

SIWEL 282105 FEV 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu