Repression à Tizi-Ouzou : Bouaziz Ai-Chebib et Hassiba Abassène isloés des autres détenus

10/03/2013 - 16:57

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Le président du MAK, Bouaziz Ait-Chebib et Hassiba Abbassène, membre de l'exécutif du MAK ont été isolés des autres kabyles arbitrairement interpellés ce 10 mars par les forces de répression . Plusieurs informations contradictoires circulent sur le sort des victimes de la répression algérienne. Le régime ne sait plus quoi faire des détenus et hésitent entre les libérer aujourd'hui, ou demain matin ou encore les faire comparaitre devant le procureur de la république.


Repression à Tizi-Ouzou : Bouaziz Ai-Chebib et Hassiba Abassène isloés des autres détenus
Le régime raciste d'Alger ne sait plus quoi faire des dirigeants et militants du MAK et du CMA interpellés aujourd'hui à Tizi-Ouzou suite à l'appel du MAK au rassemblement pour ce 10 mars 2013, en commémoration du 10 mars 1980, le jour de l'interdiction de la conférence de Mouloud Mammeri sur la poésie ancienne Kabylie à l'université de Tizi-Ouzou. Pour rappel, la place de la mairie de Tizi-Ouzou était occupée, dès 9h du matin, par une forte présence policière. Il y avait des CRS, une armada de policiers en civils et des agents de la polices judiciaires. Tous ces services de répressions ont précédés les manifestants pacifiques sur le lieu de RDV pour ce rassemblement de commémoration du 10 mars 1980. Ces mêmes forces sont systématiquement "aux abonnés absent" dès qu'il s'agit de lutter contre le terrorisme et le banditisme en Kabylie, et même quand il y de sérieuses informations justifiant l'arrestation de suspects dans une affaire de kidnapping, comme ce fut le cas pour l'enlèvement du jeune Laceuk Ali, les prévenus sont relâchés illico-presto, il ne faudrait pas trop déranger leurs activités. Les forces de répressions algériennes préférent s'attaquer aux militants pacifiques de Kabylie quand ils manifestent pour leur droits

Plusieurs informations contradictoires circulent sur le sort des victimes de la répression algérienne. Trois informations essentielles circulent: La première fait état de poursuites qui seraient engagées contre les dirigeant du MAK et du CMA et qu'ils seraient présentés au procureure de la république algérienne à Tizi-ouzou. La seconde rumeur fait état de leur libération dans les prochaines heures et la troisième fait état d'une libération qui ne surviendrait que demain dans la matinée. En somme ils ne savent pas quoi en faire.

L'arrestation des dirigeants du MAK, du CMA et des citoyens kabyles, ayant rejoint le rassemblement, constitue une nouvelle provocation pour la Kabylie qui voit les militants pacifistes faire l'objet de répressions d'Etat tandis que les agents du terrorisme, du banditisme et de l'industrie du kidnappings bénéficient des largesses du régime qui les laissent exercer en toute liberté leur actions de nuisance en Kabylie. Ce traitement privilégié réservé aux honnêtes citoyens de Kabylie consistent à montrer "voie de la réussite " dans la république algérienne démocratique et populaire de Bouteflika: la première place revient aux terroristes, car il suffit de se "repentir" après avoir liquidé quelques intellectuels et terrorisé la population; la seconde place revient aux "collabos", ces derniers sont grassement rémunérés pour leur haute trahison envers leur propre peuple et la troisième place revient aux divers commis de l'Etat qui s'occupent des petites tracasseries quotidienne qui consistent à faire du quotidien des kabyles un enfer.


zp,
SIWEL 101657 MARS 13






Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu