Rencontre sur "grande écoute" entre des dirigeants du MAK et un journaliste américain à Tizi-ouzou

26/09/2013 - 21:50

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Deux membres de la direction du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie, le Président, M. Bouaziz Ait Chebib et le Secrétaire national au relation extérieur, M .Hocine Azem, ont reçu aujourd’hui à Tizi-Ouzou, un journaliste américain, correspondant de plusieurs journaux anglophones, dont le journal britannique « The Independant ».
L’entretien entre les 3 hommes a porté sur le projet du MAK et ses perspectives mis dès que les trois hommes se sont rencontré, une véritable toile d'araignée s'est tissée autour d'eux. Leur rencontre a été tellement épiée que le journaliste a été surpris d'avoir autant suscité l'intérêt de la police algérienne rien qu'en rencontrant deux membres de la direction du Mouvement kabyle; ce qui n'a pas manqué d'attiser sa curiosité sur les origines et les perspectives d'avenir du Mouvement kabyliste.


Le journaliste américain correspondant au "the independant" a affirmé:  "Depuis que je suis entré en contact avec vous (MAK: NDLR), la police ne m'a pas lâché d'un pas " (PH/DR)
Le journaliste américain correspondant au "the independant" a affirmé: "Depuis que je suis entré en contact avec vous (MAK: NDLR), la police ne m'a pas lâché d'un pas " (PH/DR)
La rencontre a eu lieu dans un restaurant de la capitale du Djurdjura mais aussitôt attablés, les représentant du MAK et le journaliste américain ont tout de suite constaté une très forte présence policière, bien que ces derniers étaient tous en civils. Le journaliste américain s'est senti épié et pris, comme piégé dans une "toile d'araignée". Il a fait remarquer aux deux membres de la direction du MAK que c'était la première fois qu'il était surveille de la sorte "de tous les entretiens que j'ai eu à Tizi-Ouzou, cet entretien avec vous est le seul qui m'a valu une présence policière permanente et aussi pesante dès la prise de rendez-vous avec votre mouvement" a-t-il dit. "Depuis que je suis entré en contact avec vous, la police ne m'a pas lâché d'un pas "a--il encore précisé.

Les deux responsable du mouvement kabyle ont profité de cet exemple concret des " taches " confiées aux policiers en Kabylie: " Ici, en Kabylie, la police surveille, traque et épie les kabyles qui luttent et militent pour leurs droits et leur identité mais laisse une paix royale aux islamistes, aux voyous et délinquants de toute sorte" ont-il expliqué au journaliste. ils lui ont brièvement expliqué que " tous les jours, les paisibles citoyens kabyles subissent harcèlement linguistique et religieux, discrimination identitaire et spoliation des droits les plus élémentaires alors que la région est livrée, pieds et poings liés, au banditisme, au racket et au terrorisme sans que les autorités locales n'intervienne jamais"; " Bien au contraire" , lui préciseront-il, "les services de police et de gendarmer n'interviennent que pour réprimer des manifestants"...

M. Ait Chebib a brossé au journaliste un tableau rétrospectif du combat politique de la Kabylie, un combat identitaire, démocratique, laïc et résolument pacifique. Il a entrepris de reprendre l'historique du combat kabyle depuis les années vingt et la création de l'Etoile Nord africaine pour bien expliquer au journaliste les diverses étapes historiques du combat pour la liberté mené par le peuple kabyle et son aboutissement logique au projet du MAK. Le douloureux cheminement, les lourds sacrifice et le don de soi dont a fait preuve le peuple kabyle pour retrouver une liberté finalement confisquée par une idéologie négationniste ne pouvait qu'aboutir au combat que le Mouvement kabyle mène aujourd'hui en Kabylie dans la perspective d'affranchir le peuple kabyle du joug de la dictature arabo-islamiste que pratique le régime algérien depuis l'Indépendance de l'Algérie en 1962.

Paraphrasant le grand écrivain amazigh d'expression française, Kateb Yacine, le Président du MAK dira: " l'aliénation la plus profonde, ce n'est plus de se croire français mais de se croire arabe, il n'y avait pas d'indépendance en Algérie en 1962 mais plutôt un transfert du colonialisme"; Mr Ait-Chebib précisera encore au journaliste "nous étions colonisés par la France et maintenant nous sommes colonisés par les Arabo-islamistes".

Hocine Azem a quant lui exposé l'internationalisation de la question kabyle et le combat mené pour sortir la Kabylie du ghetto arabo-islamiste dans lequel veut absolument l'enfermer le régime algérien. Il est notamment revenu sur l'action du 3 aout pour la liberté de culte et de conscience lors du déjeuner public à Tizi-Ouzou qui a démenti, à elle seule, toute la propagande du régime qui veut faire passer la Kabylie pour une base arrière d'Al Qaida dans le but de priver la Kabylie de tout soutien international alors que le salafisme est une action de propagande d'Etat qui vise à dépersonnaliser la Kabylie

Les responsables du MAK sont longuement revenus sur les multiples volets du combat kabyle en répondant à toutes les questions posées par le journaliste américain. Ils lui ont pour apporté tous les éclairages nécessaires à sa compréhension des actions et des perspectives du mouvement kabyle en cette période cruciale, on seulement pour la Kabylie mais également pour toute la région de l'Afrique du Nord. En conclusion, le Président du MAK a expliqué que :" l'autodétermination reste la seule et unique voie pacifique pour que le peuple kabyle puisse arriver au statut politique qui lui sied et que cette revendication lui revient de plein droit en vertu des lois internationales, du reste ratifiées par l'Algérie".

cdb,
SIWEL 262150 SEP 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu