Recherche scientifique : Dr. Hamid Ait Abderrahim, le Kabyle qui a atomisé les secrets du nucléaire

01/08/2012 - 13:02

ITALIE (SIWEL) — Un autre chercheur physicien kabyle qui s'est distingué dans le domaine du génie nucléaire, il s’agit du Dr. Hamid Ait Abderrahim, celui qui « a atomisé les secrets du nucléaire », tel qu’on le surnomme en Belgique.


Le Prof. Dr. Hamid Aït Abderrahim est directeur général adjoint du SCK•CEN, le Centre d'Etude de l'Energie nucléaire belge, établi à Mol. En outre, il enseigne avec passion la physique des réacteurs et le génie nucléaire à l’Université Catholique de Louvain (UCL) à l’Ecole Polytechnique de Louvain (EPL).

Pour lui, le propre de l’ingénieur est d’aboutir à des solutions réalistes et fonctionnelles, au départ des moyens disponibles.
A 16 ans, Hamid Aït Abderrahim est littéralement tombé amoureux du nucléaire, lors de la dernière séance du cours de physique de sa cinquième année secondaire, en Algérie, où cette révélation surgit grâce au cours consacré à la radioactivité. En 1979, à l’âge de 18 ans, il arrive en Belgique poursuivant avec pugnacité l’objectif de devenir Ingénieur en énergie nucléaire.
Il obtint son titre d’Ingénieur Industriel en énergie nucléaire, en 1983. Ce fut pour lui l’occasion d’un premier contact avec le centre d’étude de l’énergie nucléaire (SCK•CEN), dans le cadre de son TFE. En 1984, au terme d’études complémentaires en France, il décrochera son DEA (Diplôme d’ Etudes Approfondies), en physique des réacteurs. A partir de 1984, il s’est inscrit pour un doctorat en physique des réacteurs, à Paris, avec son travail de recherche accompli à Mol. Depuis 1998, il est directeur du projet MYRRHA.

Le Projet MYRRHA conçu par le chercheur physicien kabyle, Dr. Prof. Hamid Ait Abderrahim et ses collaborateurs au SCK-CEN de Mol, Belgique, est un système hybride couplant un réacteur de fission nucléaire piloté par un accélérateur de protons : Accelerateur Driven System (ADS). Ce sera donc un nouveau type de réacteur de quatrième génération: le premier de sa génération au monde. Le Prof. H. Ait Abderrahim se propose ainsi de relever le défi en ingéniérisant l'idée théorique émise par le prix Nobel de Physique, l'Italien Carlo Rubbia. dans les années 1990. Ce sera une véritable prouesse technologique. Pour sa réalisation, le gouvernement belge ne lésine pas sur les moyens financiers : dès 2010, il a débloqué un budget de départ s'élevant à 940 millions d'Euros. L'inauguration de l'ADS MYRRHA est prévue pour 2020.
Le projet d'infrastructure belge de recherche en fission nucléaire MYRRHA, situé à Mol, a été reconnu parmi les 50 projets prioritaires du forum stratégique européen sur les infrastructures de recherche (ESFRI). La Commission européenne, à travers son programme "l'Union pour l'innovation", a pour objectif de voir lancer pour 2015 la construction de 60 pc de ces 50 projets prioritaires, principalement financés par les États membres, avec un soutien européen. La construction du réacteur de Mol coûtera près d'un milliard d'euros, dont 40 pc financés par l'Etat fédéral. Le solde sera financé par les partenaires internationaux et l'industrie. Avec sa reconnaissance comme infrastructure prioritaire, MYRRHA bénéficiera, à l'avenir, d'un statut privilégié et d'un accès à un réseau de partenaires européens, dont certains apporteront des financements.

Dahman At Ali
Siwel 1 1303 Aout12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche