Rebondissement dans l'affaire de la mosquée d'Aghribs : des responsables du RCD convoqués par la justice

29/12/2012 - 16:23

AGHRIV (SIWEL) — Mohand Ikherbane, sénateur et responsable au sein du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a été convoqué par la justice algérienne, dans le cadre de l'affaire de la mosquée d'Aghribs.


Les faits remontent, en effet, à l'année 2010, lorsqu'un groupe de militants salafistes, aidés par des cercles du pouvoir, voulaient construire une nouvelle mosquée au village d'Aghribs, d'où est originaire l'ancien président du RCD Saïd Sadi. Les citoyens du village, qui se sont opposés à la construction de la mosquée, après avoir engagés des travaux de réhabilitation de l'ancien mosquée du village, le RCD entre en scène et apporte son soutien aux villageois.

Dés lors, un bras de fer est engagé entre les citoyens et le RCD d'un coté, et les salafistes, aidés même par le FFS, à propos de la mosquée de Sidi Djaffar. Presque trois années après les faits, Mohand Ikhrebane responsable et sénateur du RCd est convoqué par la justice, même si les plaignants ont déjà perdu leur procès qui les a opposé aux citoyens.

Selon des informations, le sénateur du RCD compte se présenter à la justice, mais tout en faisant valoir son immunité parlementaire. A souligner que les nouvelles mosquées construites en Kabylie, sous l'égide d'associations religieuses visent à introduire une nouvelle pratique religieuse dans la région, qui s'est distinguée par son caractère laïc.

aai
SIWEL 29 1623 DEC 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu