Rassemblement à Montreal en soutien à Slimane Bouhafs et et aux militants kabyles persécutés

18/09/2016 - 10:47

MONTREAL (SIWEL) — La communauté kabyle établie au Québec a organisé, hier le 17 septembre 2016, un rassemblement devant le consulat algérien de Montréal pour dénoncer la condamnation arbitraire de Slimane Bouhafs et le harcèlement que subissent les militants du MAK. En plus du discours tenu par Massa Nora Abdaoui, la Ministre des Droits Humains du Gouvernement Provisoire Kabyle en exil (Anavad), ci-dessous les autres interventions résumées par Boualem Afir.


Le pouvoir algérien a saisi sa machine judiciaire et policière pour condamner Slimane Bouhafs, le 7 août 2016, à trois années de prison, parce qu'il est chrétien et parce qu'il est Kabyle. La dite peine est infligée à Slimane Bouhafs suite à son improbation de la religion musulmane publiée sur son compte Facebook. L'islam est l'un des piliers de la "République Arabo-Islamique Algérienne" que le pouvoir a imposé au peuple comme la langue arabe d'ailleurs. Les algériens veulent devenir plus arabes que tous les arabes et plus musulmans que tous les musulmans, parait-il.

Au Québec, la communauté kabyle a organisé, aujourd'hui le 17 septembre 2016, un rassemblement devant le consulat algérien de Montréal pour dénoncer cette condamnation arbitraire contre un citoyen preux et intègre.

Cette manifestation a été initiée par l'association Amitié Québec-Kabylie pour "dénoncer le harcèlement et la persécution exercée par le pouvoir dictatorial algérien à l'égard des militantes et militants pacifiques du Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie. Dénoncer ce même régime qui porte régulièrement atteintes aux droits fondamentaux de la personne et de la liberté de conscience et de culte en Kabylie. Exiger la libération immédiate de monsieur Slimane Bouhafs, un citoyen kabyle de confession chrétienne emprisonné pour ses convictions religieuses".

Durant ce rassemblement, auquel a pris part, de simples citoyens, des militants Kabyles et Québécois, monsieur Rachid Bandou, président de l'Association Amitié Québec-Kabylie, monsieur Mourad Itim, monsieur Djamel Boukhoulef, madame Françoise Laliberté, membres de l'association et madame Nora Abdaoui, Ministre des Droits Humains du Gouvernement Provisoire Kabyle en exil (Anavad), les intervenants ont exprimé leur indignation face aux pratiques abjectes et cruelles du pouvoir algérien qui s'est doté d'une justice partielle et caudataire et de services de sécurités asservis, dressés et soumis.

Kacel Nadia, militante souverainiste, a dénoncé la justice algérienne qui brise des hommes, des femmes et des famille pour servir une poignée de despotes qui n'ont aucune légitimité pour diriger le pays ni représenter le peuple.
Elle déclare:

« Chers amis et chers concitoyennes et concitoyens de différents cultes et cultures, je vous salue. Je vous remercie d'être, ici, avec nous pour marquer notre solidarité avec les proies du pouvoir algérien. Un régime qui ne cesse de s'acharner sur les kabyles qui proclament leur liberté de conscience et leurs droits les plus légitimes en tant que citoyens des premières nations de l'Afrique du Nord et peuple distincts qui aspire à prendre son destin en main.

Slimane Bouhafs, militant kabyle de droits de l'homme, est un le chrétien, une autre religion que l'islam, et Kabyle, une autre identité que l'arabe. Il est emprisonné à cause de sa croyance et ses origines. Nous devons nous mobiliser pour exiger sa libération et nous devons nous unir pour mettre fin à l'injustice étatique qui empeste notre société et à la corruption qui gangrène notre pays.

Les démons qui se sont emparés de l'Algérie utilisent la force et la répression pour dissimer toute lueur d'espoir qui émerge dans cette contrée, vivifient la corruption pour semer le chaos dans ce pays, entretiennent la désinformation pour créer la zizanie au sein la population et manient ainsi la justice, l'armée, la gendarmerie et tous les services de l'État pour protéger leurs propres intérêts et, plus que tout, leur pérennité au trône.

Cet État algérien raciste et discriminatoire envers les Kabyles en particulier a pris racine grâce à l'immobilisme de la population qui est, faut-il le rappeler, la seule force légitime de toute nation qui se respecte. Or, chez nous, à part la Kabylie c'est toute l'Algérie qui a choisi l'asservissement comme mode de vie et la soumission comme idéologie. »

En terminant son allocution, Kacel Nadia a adressé son message à son peuple pour souligner son courage et sa détermination à en finir avec la tyrannie et l'injustice des squatteurs d'El Mouradia et des usurpateurs de l'identité kabyle en évoquant, notamment, l'importance de son unité dans sa lutte pacifique contre cet appareil répressif qui constitue la fausse "République Algérienne Démocratique et Populaire".

Au tour de Mourad Itim , tenace, grand militant de la cause Kabyle et coordinateur du Mouvement de l'Autodétermination de la Kabylie- après avoir remercié les présents ainsi que tous les militants de la liberté et les amis de la Kabylie- a déclaré :

« Nous sommes rassemblés spécialement dans cet endroit ( Consulat d’Algérie à Montréal) car nous sommes en face d'une institution qui symbolise un régime machiavélique qui pratique le déni, la répression , les kidnappings, l'emprisonnement, le meurtre, la désertion et l'exode des populations, la pyromanie et la manipulation sous toutes ses formes. Le pouvoir colonial algérien ne lésine pas sur les moyens pour venir à bout de sa politique de la "terre brûlée" contre la Kabylie et tout ce qui symbolise la liberté.

Après les exactions exercées contre les militants du Mouvement de l'Autodétermination de la Kabylie(MAK) par de kyrielles de convocations qu'ils reçoivent continuellement pour se rendre aux commissariats de la police sans aucun motif valable et après les arrestations musclées dont sont victimes ces mêmes militants en Kabylie et dont la plupart sont victimes de coups et blessures, le pouvoir s'est rendu compte que cette violence ne fait que renforcer la mobilisation et la détermination des militants et raviver l'ardeur et le désir du peuple kabyle à accéder à son indépendance. Décidément, le MAK est devenu un Mouvement National Kabyle et le régime algérien est en plein effritement.

Le pouvoir algérien est aux abois, sans tenir compte de ses multiples dérapages et ses crimes itératifs, il s'attaque encore à la famille chrétienne qui est présente en force en Kabylie. Slimane Bouhafs, militant chrétien kabyle, fervent défenseur des droits de l'homme et président de la coordination des chrétiens de Saint-Augustin, a été arrêté par les services de "l'insécurité algérienne" le 31 juillet 2016 pour avoir exprimé sa foi ouvertement et se voit infliger une peine d'emprisonnement de trois ans par la justice mutilée algérienne.
Depuis, ce militant, fragile de santé, est écroué en prison à Sétif dans des conditions inhumaines. Cet état de fait nous renseigne sur les harcèlements que subissent les chrétiens dans ce pays au lendemain incertain. Je veux préciser que Slimane Bouhafs est aussi père de famille.

Monsieur, dames, nous ne pouvons faire l'impasse sur les exactions que commet le pouvoir criminel algérien en Kabylie, par sa horde de Walis entourés par toutes sortes de rapaces qui instrumentalisent les services de police dans les localités de la Kabylie, par toutes sortes d'associations et par les subsides octroyés aux mosquées et au salafisme pour dénaturer et détruire les valeurs kabyles ancestrales. L'islamisme, pour ne pas dire l'islam, est une autre arme que le pouvoir criminel utilise pour endormir et endoctriner les gens et perpétuer son emprise sur le pays et le peuple.

Aujourd'hui, plus que jamais, la Kabylie et le peuple kabyle sont aguerris de toutes les magouilles et de toutes les manipulations du pouvoir algérien. Aujourd'hui, le peuple kabyle n'aspire qu'à son indépendance, sa liberté et sa dignité.

Au nom de monsieur Ferhat Mehenni, président du Gouvernement Provisoire Kabyle et au nom de monsieur Bouaziz Ait Chebib, président du Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie, j'invite les institutions internationales des droits de l'homme, l'Organisation des Nations Unies(ONU) à intervenir pour accompagner le peuple kabyle à se libérer sans fusion de sang.

J'invite le peuple kabyle à rester vigilent et solidaire avec tous les opprimés de l'État mafieux algérien, en l'occurrence monsieur Slimane Bouhafs, le militant du Mouvement de l'Autonomie de Mzab Kamel Eddine Fekhar, les Militants du Mouvement de l'Autodétermination de la Kabylie et tous ceux et celles qui sont victimes des exactions du pouvoir criminel algérien et l'injustice de la justice algérienne. »

Le peuple kabyle doit se dresser comme un seul homme pour soutenir le MAK, l'ultime force qui peut mettre fin au malheur et l'horreur que lui impose le pouvoir algérien.
Avouons-le, un peuple de moutons engendre un pouvoir de loups et le cauchemar, dans ce cas, n'est que sempiternel.

Vive la liberté et la Kabylie libre et indépendante.
Boualem Afir.

SIWEL 181050 SEP 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu