Quand le MNLA demande la libération de détenus azawadiens, le Mali libère des terroristes du groupe Ansar Dine !!!

25/08/2014 - 14:56

BAMAKO (SIWEL) — Afin d’entretenir la confusion entre le MNLA et les terroristes islamistes, le Mali, comme l’ensemble des acteurs de la « crise malienne », à savoir la France et l’Algérie, ne cessent d’évoquer les discussions entre les « Groupes du Nord », mêlant ainsi, pêle-mêle, les groupes terroristes recyclés notamment en HCUA avec le MNLA qui demeure, plus que jamais « le dindon de la farce ». La dernière entourloupe en date remonte au 15 aout qui a vu la libération d’un chef terroriste d’Ansar Dine dans le cadre des «discussions» entre le gouvernement malien et les « groupes rebelles armés »; des discussions menées par Alger qui joue le rôle de « facilitateur », sauf que ce qui semble être facilité, c'est la réhabilitation des terroristes...


ce n'est pas pour rien que les populations civiles de l'Azawad disent NON à la médiation algérienne (PH/DR)
ce n'est pas pour rien que les populations civiles de l'Azawad disent NON à la médiation algérienne (PH/DR)
Tout le monde sait que le HCUA est composé des mêmes personnes que le groupe terroriste Ansar Dine, mais sans Iyad Ag Ghaly qui n’en est plus officiellement le chef. D’autre part, tout le monde sait aussi que les membres du HCUA sont aux ordres de l’Etat algérien et qu’ils ont été « réhabilités » en « Groupe armé du Nord, » pour continuer l’œuvre de déstabilisation du MNLA, ce qu’ils font encore remarquablement bien dans la mesure où ils contrecarrent systématiquement les positions du MNLA.

D’un autre côté, le Mali, la France et les « facilitateurs », jouent parfaitement de la confusion entre MNLA et groupes terroristes. C’est ainsi qu’à la faveur des élections législatives, deux anciens lieutenants d’Ansar Dine et un du Mujao sont « élus » députés du Nord Mali, sous la bannière du parti présidentiel d’IBK.

C’est ainsi également que, dans le cadre des «discussions» entre le gouvernement malien et les « groupes rebelles armés », le chef terroriste, Ag Alfousseyni Houka a été libéré le 15 août. Ce dernier n’est autre qu’un membre très influent d’Ansar Dine. Il était le chef du tribunal islamique de Tombouctou et c’est lui qui ordonnait les amputations, lapidations et autres flagellations des « mauvais » musulmans.

Ag Alfousseyni Houka avait été arrêté en janvier 2014 et était depuis détenu par le Mali. Mais, voilà que dans le cadre des «discussions» entre le gouvernement malien et les « groupes rebelles armés », ce chef terroriste a été libéré il y a dix jours de cela, le 15 août.

La question est : Les « discussions » menées à Alger se feraient-elle entre les terroristes d’Ansar Dine et le gouvernement malien ?

Au vu de la libération des chefs terroristes d’Ansar Dine, de la réhabilitation de ses « honorables » membres et de la providentielle réapparition d’Iyad Ag Ghaly, il semble bien que le MNLA se fasse encore une fois rouler dans la farine et qu’il gagnerait bien plus à faire cavalier seul, envers et contre tout et tous !

Entre le MAA, le HCUA et maintenant encore d’autres groupes qui se profilent, s’il y a un perdant, c’est bien le MNLA et donc la souveraineté de l’Azawad…

zp,
SIWEL 251456 AOU 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche