Pris de panique, le régime colonial algérien menace une fois de plus le MAK

29/08/2015 - 21:49

CONTRIBUTION (SIWEL) - Emboitant le pas aux sinistres KDS Sellal et Ouyehya, le ministre de l’intérieur algérien s’est attaqué au MAK dans des propos menaçants et injurieux.

D’emblée, toute menace émanant des dirigeants de l’Etat algérien est le résultat de la peur, ce qui dénote clairement que le MAK fait trembler le régime colonial d’Alger. Et toute insanité venant des islamo-baâthistes qui gouvernent en « Algérie » et leur relais ne feront que crédibiliser d’avantage le mouvement souverainiste kabyle.


« Nous sommes confrontés à de grands défis liés à la sécurité de notre pays face aux tentatives de groupes extrémistes obscurantistes d’infiltrer nos rangs et semer la division et la haine avec la collaboration d’agents qui ont renoncé à leur algérianité, à leur patriotisme et au serment fait aux chouhada .» a déclaré le sinistre algérien de l’intérieur lors d’une rencontre de travail avec les walis Algériens.

Rien de plus classique comme démarche. Les régimes coloniaux de par le monde, adoptent la même attitude : accuser ceux et celles qui ouvrent la voie de la libération à leurs peuples opprimés d’intelligence avec l’étranger.
L'Etat algérien qui assume pleinement dans les actes sa dimension coloniale est étranger à la Kabylie et tôt ou tard, il connaîtra le même sort que son géniteur : la France.

L’intelligence avec un état étranger trouve justement son origine chez les gouvernants algériens qui obéissent dans tout ce qu’ils entreprennent comme démarche à la volonté de la ligue arabe. Il est de notoriété publique que l’Algérie est traitée par les saoudiens et consorts comme une province du golfe.

La référence aux martyrs de 1954 n’a aucune signification quand elle émane d’une Algérie arabe qui s’est substituée à l’Algérie française et dont les pouvoirs successifs ont travaillé sans répit à éradiquer tout ce qui a rapport à l’identité réelle de l’Afrique du nord, à la liberté, à la démocratie et aux droits des peuples autochtones.


Quant au MAK, il est dans son droit légitime, voire son devoir patriotique, de défendre son peuple, le peuple kabyle et lutter pour sa libération. Les kabyles qui se sont sacrifiés pour la décolonisation ne l’ont pas fait pour voir l’Algérie dite indépendante nier l’existence de la Kabylie qui les a enfanté, ni pour que cette entité politique créée de toute pièce par la France tue les survivants de la guerre d’Algérie en 1963, ni pour qu’elle assassine leurs enfants au printemps noir de 2001 ; Ils se sont sacrifiés pour un idéal de liberté, le même idéal que poursuit le MAK en luttant pour rendre au peuple kabyle la souveraineté qu’il a perdu en 1857.

Les kabyles ont fait le choix d'être eux-mêmes et Taqvaylit est leur seule identité. Ils sont désormais conscients que leur avenir sera kabyle ou ne sera pas.

Ni la répression, ni les campagnes de dénigrement, ni les menaces, ni les pseudo-solutions ne pourront altérer la détermination du MAK et ses militants jusqu’au bout : la libération totale de la Kabylie.


Azwaw Aqvayli



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu