Poutine ne courbe pas l’échine face au Calife d’Istanbul

04/12/2015 - 16:30

(SIWEL) — Hier, lors de son adresse annuelle devant les parlementaires, le gouvernement et les gouverneurs des régions de Russie, Vladimir Poutine a déclaré : « Il ne faut pas attendre de nous une réaction nerveuse, hystérique, dangereuse pour nous et pour le monde entier. Nous n'allons pas brandir les armes ».

Mais, prévient-il « si quelqu'un pense que pour un crime de guerre aussi lâche, le meurtre de nos concitoyens, ils en seront quittes avec des tomates ou des sanctions dans le secteur des travaux publics ou dans d'autres secteurs, ils se trompent lourdement. Ce n'est pas la dernière fois que nous leur rappellerons ce qu'ils ont fait, ni la dernière fois qu'ils vont regretter ce qu'ils ont fait », a-t-il menacé.


Poutine ne courbe pas l’échine face au Calife d’Istanbul
La Russie « n'oubliera jamais » la destruction d'un avion militaire russe. Les « Turcs vont regretter ce qu'ils ont fait », a prévenu hier le président russe Vladimir Poutine lors de son adresse annuelle devant les parlementaires, le gouvernement et les gouverneurs des régions de Russie.

« Je ne comprends pas pourquoi ils ont fait ça. Seul Allah le sait », a-t-il ajouté ; « Il semble qu'Allah ait décidé de punir la clique au pouvoir en Turquie en la privant de la raison et du bon sens » a ironisé le président Russe.

Certes, explique encore Vladimir Poutine « Il ne faut pas attendre de nous une réaction nerveuse, hystérique, dangereuse pour nous et pour le monde entier. Nous n'allons pas brandir les armes ». Mais, prévient-il, « si quelqu'un pense que pour un crime de guerre aussi lâche, le meurtre de nos concitoyens, ils en seront quittes avec des tomates ou des sanctions dans le secteur des travaux publics ou dans d'autres secteurs, ils se trompent lourdement. Ce n'est pas la dernière fois que nous leur rappellerons ce qu'ils ont fait, ni la dernière fois qu'ils vont regretter ce qu'ils ont fait », a-t-il menacé.

La Russie a déjà mis en place une série de sanctions économiques contre la Turquie, visant principalement les secteurs de l'agriculture, des travaux publics, de l'énergie et du tourisme, en rétorsion à la destruction d'un avion russe le 24 novembre au-dessus de la frontière syrienne.

Cependant, il est certain que Poutine n’en restera pas là, même si la Turquie a fini par présenter ses condoléances à la Russie pour la mort du pilote abattu par ses chasseurs.

Source AFP

SIWEL 041630 DEC 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu