Petit manuel de langue de bois franco-algérienne à l'intention de Gérard, président du Sénat français

08/09/2015 - 16:28

PARIS (SIWEL) — " Pour aider le président du Sénat à préparer sa visite à Alger qui débute ce mardi, le ministère des Affaires étrangères lui a concocté un recueil d'éléments de langage à dégainer face aux journalistes. Savoureux."

Extrait d'un article publié dans le journal français Libération et que nous publions ci-après dans son intégralité, tant il est en effet "savoureux" ce petit manuel de langue de bois franco-algérienne.


(PH/DR)
(PH/DR)
Les services du Quai d’Orsay ont prévenu le président du Sénat, Gérard Larcher, qui entreprend ce mardi une visite officielle de trois jours en Algérie : il foulera le tapis rouge mais pourrait aussi bien marcher sur des queues de vipères. Qui dit vipère dit questions vipérines. Et qui mieux que les journalistes pour les poser, n’est-ce pas ? Surtout lorsqu'ils en prendront connaissance à la fin de cet article.

Ainsi, dans une longue note de synthèse à son intention, que Libération s’est procurée, les services consulaires déminent le terrain à travers une longue liste de 32 questions extrêmement fâcheuses et extrêmement longues, susceptibles d’être posées par les confrères algériens.

A la lecture de ces questions, qui sont autant d’essaims de frelons au-dessus des relations franco-algériennes depuis l’indépendance, on se dit que le président Larcher va être conduit en tenue d’apiculteur devant la presse algérienne comme devant un tribunal de salut public. On transpire pour lui car il s’agit de 12 pages serrées, sur format 21x29,7, à apprendre par cœur.

Cette magnifique prose taillée dans une langue en bois d’arbre avec copeaux sera récitée tout au long de la visite officielle, prévue du 8 au 11 septembre. Rendons grâce aux rédacteurs de la note qui ont scrupuleusement listé tous les sujets épineux, et ils sont longs comme un jour sans pain.

Passons sur les propos liminaires : «Je suis heureux d’être aujourd’hui en Algérie à l’invitation du président du Conseil de la nation [chambre haute, comme le Sénat, ndlr], ainsi que l’ensemble des autorités algériennes, que je remercie […] pour la chaleur de leur accueil». Soit le refrain habituel qui sert en toutes occasions et même par temps de pluie.

«La France n’a naturellement aucune intention d’interférer...»
Première question imaginée par le Quai d'Orsay : «Certains journaux ont dit que la visite de François Hollande le 15 juin dernier avait pour objectif d’apporter un soutien au président Bouteflika à un moment où l’inertie du système algérien, dirigé par un homme malade, fait face à de nombreuses critiques et où la chute des hydrocarbures met en difficulté le régime.» Les rédacteurs, emportés par une plume trempée dans l’acide, rajoutent une petite couche de vernis maritime : «D’autres lui ont prêté l’intention de désigner le prochain chef d’Etat algérien. Que répondez-vous?»

Après une longue respiration, et s’être épongé la nuque, le président Larcher devrait prononcer la phrase apprise par cœur, qui sortira avec l’adverbe «naturellement» à servir en toutes occasions : i[«La France n’a naturellement aucune intention d’interférer dans la vie politique de l’Algérie, ni dans le présent ni dans l’avenir. La volonté de la France est de continuer à travailler avec les autorités et le peuple algériens à l’approfondissement de la relation bilatérale et à construire un grand projet pour l’Algérie. La deuxième visite du président Hollande en l’espace de trente mois à montré l’attention et la priorité que la France attache à l’Algérie [...]. Pour mémoire, avec un baril à 44 dollars, les perspectives pour 2016 sont sombres : le dinar a perdu 35 % de sa valeur face au dollar, le risque de mécontentements sociaux est élevé et le pays pourrait perdre plus de 50 milliards d’épargne cette année».]i

«Vous connaissez l’attachement de la France à la liberté d’expression...»
Autre question : «La liberté d’expression semble reculer, avec notamment les pressions exercées contre les médias depuis l’élection présidentielle, en particulier par la réduction de la publicité privée, des emprisonnements ( …), l’interdiction d’une émission sur Al Djazaïria». Et c’est là que ça se gâte méchamment : «Croyez-vous que le régime actuel puisse mener l’Algérie sur le chemin de la démocratisation?»

Réponse de Larcher, qu'on imagine après un raclement de gorge : «Vous connaissez l’attachement de la France à la liberté d’expression et à la liberté de la presse, comme partout dans le monde. Cela étant, il ne me revient pas de faire acte d’ingérence dans les débats qui concernent l’Algérie et les Algériens.» Et hop, envoyez c’est pesé.

Tout y passe : les privilèges de Renault pour s’implanter à Oran, la mauvaise qualité supposée de la Symbol produite sur place qui serait aussi solide que la 2CV de Bourvil dans le Corniaud. L’ingérence de Total dans l’exploitation du gaz de schiste, les demandes d’indemnisation après les essais nucléaires dans le Sahara en 1960, les excuses toujours attendues au sujet du massacre de Sétif en 1945, la question de l’indemnisation des biens des pieds-noirs, l’amendement de l’accord de 1968 sur l’entrée des Algériens en France, la vente des Rafale au Qatar accusé de soutenir le terrorisme, etc.

Exercice de ventriloque
Le président Larcher aura besoin du souffle du marathonien et du sang-froid du grand mammifère à poil dur quand il encaissera : «Beaucoup d’Algériens considèrent que Daech est une création occidentale et que son développement a été facilité par la campagne développée par la France contre Bachar al-Assad. C’est d’ailleurs ce qu’a affirmé le recteur de la mosquée de Paris Dalil Boubakeur à la radio algérienne.»

La liste comprend aussi des questions sur : la tuerie Charlie, l’affaire Dieudonné, l’islamophobie en France, l’enquête du juge Trévidic sur les moines de Tibhirine, la journée «Tel-Aviv sur Seine» qui serait un soutien à la politique israélienne et enfin les biens immobiliers à Paris supposés de l’actuel secrétaire général du FLN. On verra quelle note donneront les confrères algériens à cet exercice de ventriloque quand sortira du ring Gérard Larcher, une serviette éponge sur le cou, comme après un gala de boxe.

Publié par Jean-Louis Le Touzet dans Libération

NB: L'article a été publié sous le titre Quand le Quai d'Orsay apprend à Gérard Larcher à parler algérien, par le Journal français Libération qui s'est procuré une copie du petit manuel en question et dont voici des extraits ci-dessous. L'intégralité du document est à retrouver dans la publication de Libération.



Petit manuel de langue de bois franco-algérienne à l'intention de Gérard, président du Sénat français


Source Libération

zp,
SIWEL 081628 SEP 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu