Pays Mzab / Message du Dr. Kameleddine FEKHAR au rassemblement de solidarité avec les mozabites à Paris et Ottawa

15/01/2014 - 11:00

GHARDAIA (SIWEL) — Trois rassemblements de solidarité ont été organisés à Paris, à Tizi-Ouzou et à Ottawa le 12 janvier 2014, premier jour de l’an amazighe : Yennayer ; une date hautement symbolique dans la renaissance des peuples amazighs qui luttent pour décoloniser leur langue, leur culture et leur identité gravement bafouée, niée et réprimée sur leur propre territoire, comme c’est le cas aujourd’hui pour le peuple mozabite qui subit de plein fouet un grave racisme d’Etat par l’intermédiaire des corps constitués relevant du ministère algérien de l’intérieur. Le Dr. Kameleddine FEKHAR, militant des droits de l’Homme à Ghardaia qui a publiquement levé le voile sur les pratiques racistes et criminelles du pouvoir algérien, a envoyé un message de remerciement aux amazighs qui se sont solidarisé avec le peuple mozabite face au drame que le régime algérien voudrait leur faire vivre à huit-clos ; c’était sans compter la solidarité des amazighs. Nous publions ci-après le message Dr. Kameleddine FEKHAR.


Dr. Kameleddine Fekhar :  "Je tiens à vous  remercier toutes et tous pour cette solidarité qui nous met du baume au cœur et qui nous montre que nous ne sommes pas isolés. Ceci est la preuve que les Amazighs n’abandonnent jamais leurs frères quelles qu’en soient les circonstances " (PH/DR)
Dr. Kameleddine Fekhar : "Je tiens à vous remercier toutes et tous pour cette solidarité qui nous met du baume au cœur et qui nous montre que nous ne sommes pas isolés. Ceci est la preuve que les Amazighs n’abandonnent jamais leurs frères quelles qu’en soient les circonstances " (PH/DR)
Ghardaia, le 11 janvier 2014


Message de salut et remerciements aux rassemblements de soutien aux mozabites à Paris, Tizi-Ouzou et Ottawa


Azul fell-awen

A l’occasion de ce jour de l’an amazigh, je suis honoré de vous présenter en mon nom personnel et en celui de tous les Mozabites, nos meilleurs vœux pour la nouvelle année à vous et à l’ensemble des Amazighs en Afrique du Nord et de par le monde.

Je tiens à vous remercier toutes et tous pour cette solidarité qui nous met du baume au cœur et qui nous montre que nous ne sommes pas isolés. Ceci est la preuve que les Amazighs n’abandonnent jamais leurs frères quelles qu’en soient les circonstances.

Cependant, malgré l’immense joie que nous ressentons devant cette action, nous n’oublions pas l’injustice qui frappe les Amazighs depuis la nuit des temps.

Quand nous dénonçons de toutes nos forces la situation qui prévaut au Mzab, nous ne le faisons pas parce nous sommes des Mozabites qui subissent des agressions criminelles récurrentes commises en toute impunité par des Arabes de Ghardaïa sur nos personnes et nos biens depuis l’indépendance de l’Algérie, mais parce que ces actes relèvent d’un plan conçu et exécuté par le pouvoir algérien, comme l’attestent aujourd’hui les images diffusées partout dans le monde et montrant clairement la complicité des policiers avec les agresseurs.

Ces actes criminels horribles commis contre les Mozabites sont des crimes contre l’humanité car basés sur le racisme à l’encontre d’une communauté nationale du fait de son identité. Ce racisme d’Etat a pour objectif l’extinction de l’identité amazighe du Mzab qu’il veut arabiser par n’importe quel moyen, que ce soit par voie de la terreur, par celle de la spoliation de nos terres que par le renversement démographique local avec l’implantation de nouvelles populations venues d’ailleurs.

La jeunesse mozabite est décidée aujourd’hui à se faire respecter et à défendre, face au pouvoir algérien, sa spécificité, ses droits et ses libertés pour qu’à l’avenir elle vive dans la paix et la dignité sur la terre de ses ancêtres et surtout à jouir de la plénitude de sa citoyenneté.

Nous demandons à ce que la vérité soit faite sur le complot anti-mozabite du pouvoir algérien et de faire toute la lumière sur ces crimes pour que les responsables et leurs desseins soient connus pour que nos familles ne vivent plus dans la peur et l’insécurité qui ont généré cette situation de catastrophe humanitaire que nous vivons aujourd’hui.

Notre autre objectif et notre rêve est de faire en sorte qu’en tant qu’Amazighs nous soyons tous main dans la main pour nous unir et nous soutenir les uns les autres, pour que chacun sur son propre territoire ancestral, vive en paix.

Merci encore une fois, au nom de tous les MOZABITES pour votre solidarité.

Dr. Kamel Eddine Fekhar

SIWEL 151100 JANV 14

Ci-après nous publions quelques photos des rassemblements de soutien aux mozabites à Paris (France), Tizi-Ouzou (Kabylie), Ottawa (Canada)

A PARIS (FRANCE)

Trocadéro, Paris : le rassemblement de solidarité avec les mozabites organisé par le Collectif des Amazighs en France, regroupant aussi bien des individus que des organisations berbères, du Rif, de  Kabylie, des Aurès ou encore de l’Azawad.(PH/DR)
Trocadéro, Paris : le rassemblement de solidarité avec les mozabites organisé par le Collectif des Amazighs en France, regroupant aussi bien des individus que des organisations berbères, du Rif, de Kabylie, des Aurès ou encore de l’Azawad.(PH/DR)

Photo de groupe à la fin du rassemblement durant lequel plusieurs personnalités sont venues apporter leur soutien, dont le représentant du MNLA en Europe, Moussa Ag Assarid, Ferhat Mehheni, Président du GPK, Malika Matoub, présidente de la Fondation Matoub Lounes, fathi N Khlifa, président du Congrès mondial Amazigh et une pléiade  d'organisation politqiues et/ou culturelles, notamment du Mzab, du Rif et des Aures (PH/DR)
Photo de groupe à la fin du rassemblement durant lequel plusieurs personnalités sont venues apporter leur soutien, dont le représentant du MNLA en Europe, Moussa Ag Assarid, Ferhat Mehheni, Président du GPK, Malika Matoub, présidente de la Fondation Matoub Lounes, fathi N Khlifa, président du Congrès mondial Amazigh et une pléiade d'organisation politqiues et/ou culturelles, notamment du Mzab, du Rif et des Aures (PH/DR)
A TIZI-OUZOU (KABYLIE)

Tizi-Ouzou, Université Mouloud Mammeri : point de départ de la marche à laquelle a appelé le conseil universitaire du MAK. Une forte délégation de Mozabites s’est déplacée de Ghardaia à cet effet mais le lieu a été investi très tôt par les brigades algériennes de la répression. La marche, c’est transformé en un rassemblement  qui a connu un franc succès malgré la présence massive et hostile des brigades algériennes de répression.(PH/DR)
Tizi-Ouzou, Université Mouloud Mammeri : point de départ de la marche à laquelle a appelé le conseil universitaire du MAK. Une forte délégation de Mozabites s’est déplacée de Ghardaia à cet effet mais le lieu a été investi très tôt par les brigades algériennes de la répression. La marche, c’est transformé en un rassemblement qui a connu un franc succès malgré la présence massive et hostile des brigades algériennes de répression.(PH/DR)

Tizi-Ouzou, face à la police qui empêche la marche de prendre son départ. Ici, en compagnie d’une jeune mozabite venu de Ghardaia, Nna Nouara, la doyenne des militantes kabyles, qui ne rate aucune manifestation du MAK, s'en prend vertement aux policiers venus réprimer.(PH/DR)
Tizi-Ouzou, face à la police qui empêche la marche de prendre son départ. Ici, en compagnie d’une jeune mozabite venu de Ghardaia, Nna Nouara, la doyenne des militantes kabyles, qui ne rate aucune manifestation du MAK, s'en prend vertement aux policiers venus réprimer.(PH/DR)
A OTTAWA (CANADA)

A Ottawa, la communauté amazighe s'est mobilisée pour soutenir le peuple mozabite victime d'un violent racisme d'Etat de la part du régime algérien. Ici, ont voit Rachid Beguenane de la très active Fondation TIREGWA  (PH/DR)
A Ottawa, la communauté amazighe s'est mobilisée pour soutenir le peuple mozabite victime d'un violent racisme d'Etat de la part du régime algérien. Ici, ont voit Rachid Beguenane de la très active Fondation TIREGWA (PH/DR)

Malgré le froid  glacial qui caracy=térise les Hivers canadiens, les amazighs d'Ottawa n'ont pas hésiter à braver la rudesse de l'Hiver pour manifester leur soutien aux mozabites (PH/DR)
Malgré le froid glacial qui caracy=térise les Hivers canadiens, les amazighs d'Ottawa n'ont pas hésiter à braver la rudesse de l'Hiver pour manifester leur soutien aux mozabites (PH/DR)




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu