Pays-Bas : la mafia marocaine tenterait-elle d’assassiner un homme d'affaires rifain et… républicain ?

27/08/2014 - 15:28

UTRECHT (SIWEL) — Selon certaines sources proches de l’ex-député de la province rifaine d’Al Hoceima et homme d'affaires en Hollande, Saïd Chaou, une mafia marocaine proche des services marocains basée à Utrecht poursuit inlassablement ce républicain Rifain et tente même de le faire assassiner. L’accusation pour trafic de drogue n’ayant pas abouti à son arrestation, l’homme d’affaires rifain est harcelé depuis sa houleuse démission du parlement marocain et ses vives critiques à l’encontre du Roi Mohamed VI, à qui il reproche les beaux discours sans rien de concret mais avec toujours la même situation désastreuse dans le Rif.


Said Chaou en 2008, lors de la manifestation devant l’ambassade du Maroc à La Haye, aux Pays-Bas, pour le maintien des vols entre Amsterdam et Al Hoceima  (PH/DR)
Said Chaou en 2008, lors de la manifestation devant l’ambassade du Maroc à La Haye, aux Pays-Bas, pour le maintien des vols entre Amsterdam et Al Hoceima (PH/DR)
Des sources rifaines basées aux Pays-Bas ont fait état d’une tentative d’assassinat sur un homme d’affaire rifain très connu pour ses positions en faveur d’une décolonisation du Rif. Ces sources indiquent que la mafia marocaine établie à Utrecht a fait jouer ses connexions avec des éléments de la mafia hollandaise pour exercer cette opération de représailles contre l’homme d’affaire rifain qu’est Saïd Chaou.

Il se trouve que l’homme en question est non seulement grand homme d’affaires en Hollande mais aussi un ex-député rifain de la province d’Al Hoceima qui avait démissionné car il estimait impossible d’exercer correctement son mandant. Croyant pouvoir ouvrir des perspectives économiques pour le Rif qui étouffe sous le poids du makhzen, il a finalement quitté l’équipe des députés du « Rassemblement et Authenticité », c'est-à-dire les députés du rassemblement national des indépendants -PNI- et du parti d’authenticité et modernité PAM (fondé par l’ami du roi, Fouad Ali Al-Himma, dans les salons du palais royal).

Depuis cette tonitruante démission, d’ailleurs largement commenté par la presse marocaine, Saïd Chaou est tout d’un coup tombé sous le coup d’un mandat d’arrêt international lancé par le Maroc et le voilà recherché pour une accusation de « trafic de drogue » préfabriquée par les services marocains. Selon la communauté rifaine, le but de cette affaire était de mettre à genoux cet homme d’affaire et surtout l'éloigner du Rif dont il n’hésite pas à porter les couleurs et surtout pour lequel il avait mille et un projets économiques afin de desserre l’étau qui étouffe le Rif et le maintien dans une pauvreté alarmante et totalement absurde au vu de son potentiel économique.

Said Chaou, avait également beaucoup fait parler de lui en délivrant bon nombre de messages, plutôt dérangeants, au régime marocain à propos de certaines affaires considérées comme suspectes, dont notamment l’affaire de l’explosion du 16 mai à Casablanca et où l’homme d’affaire et député éclairait certaines zones d’ombre qui ont jeté l’effroi dans l’opinion publique tant marocaine qu’internationale avant d’être vite étouffées

Said Chaou, cet ancien député démissionnaire, est un militant républicain Rifain très connu qui a pris des positions fortes contre le régime marocain. C’est ce qui fait penser aux milieux militants rifains que les services de sécurité marocaine sont très probablement derrière les attaques mafieuses dont Said Chaou est l’objet et semble-t-il derrière une rumeur de tentative d’assassinat qui se fait très insistantes ces derniers temps.

Les mêmes sources rappellent que Said Chaou avait déjà subi une tentative d’assassinat à Rabat et avait été obligé de s’enfuir précipitamment du Maroc après une grave agression menée contre lui, dans son domicile dans la nuit 22/23 mars 2010. Deux ans auparavant, en 2008, alors qu’il était encore député au parlement marocain, Said Chaou avait, dans l'un des plus grand journaux hollandais « De Volkskrant Journale », ouvertement critiqué le roi Mohamed VI et surtout sa politique dans le Rif.

Voir ci-dessous l’article du journal néerlandais.

http://www.volkskrant.nl/vk/nl/2680/Economie/article/detail/883024/2008/01/26/lsquo-Immigranten-zijn-olie-van-economie-Marokko-rsquo.dhtml http://www.volkskrant.nl/vk/nl/2680/Economie/article/detail/883024/2008/01/26/lsquo-Immigranten-zijn-olie-van-economie-Marokko-rsquo.dhtml


Dans cet article publié le 26 janvier 2008, suite à la fermeture inexpliquée de l’aéroport d’Al Hoceima, le parlementaire rifain accusait ouvertement le roi de saboter le Rif et assurait que le marché européen serait largement accessible pour peu que le Rif dispose des infrastructures aériennes et maritimes nécessaire.

Cet homme d’affaire rifain a peut-être un peu trop exprimé ses grandes ambitions économiques pour le Rif et avait notamment crée un" Club des investisseurs à l'étranger " car il estimait qu’il fallait que les rifains créent eux-mêmes les conditions pour attirer les investisseurs dans le Rif. Il voulait ouvrir des chambres de commerce aux Pays-Bas et dans le Rif et voyait beaucoup de possibilités pour les petites entreprises qui pourraient satisfaire les besoins de bases de la population rifaine « Pour que les Rifains n'aient pas à importer ces choses-là » déclarait-il.

Mais depuis qu’il a fait étalage de ses ambitions pour le Rif et qu’il a essayé de les mettre concrètement en pratique, Said Chaou vit au rythme des agressions, des mandats d’arrêt et des tentatives d’assassinat.

fea
SIWEL 271528 AOU 14





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu