Paris : tensions entre autonomistes kabyles et nationalistes algériens lors des commémorations des massacres d’octobre 1961

17/10/2011 - 21:51

PARIS (SIWEL) — Une vive tension a marqué cet après-midi la commémoration des évènements du 17 octobre 1961 à l’appel du MAK-France à Paris.


L’appel du MAK-France pour un rassemblement au pont Saint-Michel ne s’est pas déroulé en effet sans heurts verbaux.

Des insultes et autres provocations verbales ont émaillé ce rassemblement qui a réuni quelques 200 Kabyles mêlés au reste de la foule, a-t-on constaté sur place. Ferhat Mehenni, président du Gouvernement provisoire kabyle, a été empêché même de déposer une gerbe de fleurs par crainte à sa sécurité, disent les militants du MAK.

« Il y a beaucoup de provocations de la part des «algériannistes» et il y avait même une manifestante qui se disait fière d'être une « kabyle de service». On n’a pas voulu laisser passer mass Ferhat pour déposer la gerbe de fleurs, il y avait même une demoiselle qui a tenté de le pousser », raconte un militant du MAK.

Des nationalistes algériens se sont élevés contre la forte présence à ce rassemblement de drapeaux kabyles, alors que les nationalistes algériens avaient, eux, un drapeau palestinien.

D’autres femmes qui travaillent au sein du Consulat algérien à Paris ont perturbé le discours de Ferhat Mehenni. « C’est de la pure provocation », a déploré un militant kabyle. La tension est montée d’un cran quand un Kabyle a agressé un arabophone suite à des insultes de ce dernier traitant les Kabyles de « Harkis ».

uz
SIWEL 172215 OCT 11




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu