Olivier Graïne, artiste sculpteur: « Le désespoir est la forme supérieure de la critique. »

18/05/2015 - 16:47

DIASPORA (SIWEL) — Le désespoir des Kabyles, né des échecs du FFS et du RCD de conduire l'ensemble de l'Algérie vers la démocratie..., est à l´origine de la création salutaire du MAK. Salutaire, car cette création s'est faite sur les débris du crash des politiques désespérantes laissées par ces deux partis. C'est à force de résilience, et à la petite cuillère, que l'espérance a été ramassée sur l'asphalte ensanglanté ...

Si c'est ce que Said Sadi entend par « structurer le désespoir » il a raison ; le MAK , avec tout ce que l'on peut lui reprocher, est devenu aujourd´hui, le seul espoir structuré des Kabyles.
Les voies sans issues, Said Saadi, en fils prodigue de la Kabylie, connait. Il en a empruntées… Fier et arrogant il ne reconnaîtra jamais s'être égaré; il fait alors des projections sur ceux qui ont trouvé le chemin de la liberté.

Comme nul n'est indispensable, la Kabylie indulgente a perdu tout espoir de son retour au bercail... " Win k-idjan edjit!" (Tourne le dos à celui qui te le tourne!)

Olivier Graïne


Pour les 30 ans du printemps Amazigh, Olivier Graïne avait réalisé un buste de Dda Lmulud, installé en stèle à At Yenni en 2010 (PH/Le Matin.DZ))
Pour les 30 ans du printemps Amazigh, Olivier Graïne avait réalisé un buste de Dda Lmulud, installé en stèle à At Yenni en 2010 (PH/Le Matin.DZ))
SIWEL 181647 MAI 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu