ONU/ Le MNLA exige une enquête internationale « neutre » sur le carnage de Tabankort

23/01/2015 - 18:45

RABAT (SIWEL) — Deux jours après l’attaque menée par les « soldats de la paix » sur les combattants du MNLA à Tabankort, le porte-parole du Mouvement National de Libération de l'Azawad (MNLA) a tenu en fin d’après-midi une conférence de presse à Rabat pour dénoncer l’agression onusienne. Il a exigé de la MINUSMA des « explications », « excuses officielles» ainsi qu’une enquête neutre sur les évènements de Tabankort. Dans les villes de l’Azawad, après une grande agitation qui a secoué les populations civiles sorties manifester leur colère contre la MINUSMA qui a tué 7 membres du MNLA et fait plusieurs blessés dans ses rangs, le calme est revenu mais la situation reste perceptiblement tendue. Les soldats de la MINUSMA sont toujours cantonnés dans leurs casernes et n’en sortent pas.


ici un jeune touareg appelant la MINUSMA a respecter ses principes lors des manifestations qui ont suivi l'agression des soldats de la paix contre le MNLA (PH/DR)
ici un jeune touareg appelant la MINUSMA a respecter ses principes lors des manifestations qui ont suivi l'agression des soldats de la paix contre le MNLA (PH/DR)

Après avoir annoncé immédiatement la suspension de tout partenariat avec la mission onusienne jusqu'à nouvel ordre, le MNLA a exigé aujourd’hui, par la voie de son porte-parole, des explications, des excuses publiques et officielles de la part de la Minusma ainsi qu’une enquête internationale « neutre ». MOssa Ag Attaher a évoqué les caméras dont sont munis les hélicoptères de la MINUSMA qui ne manqueront d’apporter à l’enquête toute la lumière sur ces tragiques événements.

Le porte-parole du MNLA a affirmé qu’il « n’est pas question de laisser passer un tel dérapage de la mission onusienne » estimant que « Les dérapages incroyables et inexplicables de la mission de paix des nations unies au Mali sont en contradiction totale avec sa mission, censé faire preuve d’une stricte neutralité ». Mossa Ag Attaher ne comprends pas que la MINUSMA ait pu « se permettre de tirer sur une des parties en belligérance tout en sachant parfaitement sur quelle partie elle a ouvert le feu ainsi que le lieu et le contexte dans lequel elle a ouvert le feu ! C’est intolérable » a déclaré le porte-parole du MNLA que nous avons joint ce soir par téléphone.

Mossa Ag Attaher nous a également informés des exigences de son Mouvement sur le dédommagement des familles des victimes, le strict respect de la neutralité internationale. Quant aux relations bilatérales de coopération avec la mission de l’ONU, le porte-parole du MNLA a réaffirmé qu’elles étaient pour l’instant « suspendue »s et qu’elles n’étaient « pas en voie de reprendre tant que cette affaire ne sera pas tirée au claire et que toutes les conséquences en seront tirées ».

Pour l’heure, les forces de la MINUSMA sont toujours cantonnées à l'intérieur de leurs camps depuis mercredi après que des hélicoptères de l’ONU aient tué 7 combattants du MNLA et fait plus de 20 blessés. La population ne décolère pas même si elle garde un calme « tendu ».


zp,
SIWEL 231845 JAN 15





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu