Nouvelle insulte à la Kabylie : le Bachagha Ould Ali Lhadi empêche l’enterrement de Nna Hedjila, sœur de l’illustre Slimane Azem

27/06/2013 - 14:58

AGWNI GGEGHRANE (SIWEL) — Le régime raciste algérien innove dans la provocation en Kabylie. La gendarmerie algérienne à fait une bien étrange intrusion dans l’enterrement de Nan Hedjila, la sœur de Slimane Azem, injustement banni de la terre de ses ancêtres par le régime raciste algérien. C’est le Bachagha Ould Ali Lhadi qui a été missionné pour informer la famille Azem et le comité de village que les terres de la famille Azem était " réservées " à la construction d’une énième caserne de gendarmerie. Le cynisme écœurant du régime criminel d’Alger n’est pas une surprise en soi, mais les actes répugnants du Bachagha Ould Ali Lhadi dépassent de très loin toute imagination.


Auguste César, que les trahisons avait beaucoup servi disait : « On aime la trahison, mais le traître est odieux ». Ici le Bachagha Ould Ali Lhadi avec sa nouvelle famille,  pas celle de Tahar Djaout « qui avance » mais celle du régime raciste et criminel « qui recule » (PH/DR)
Auguste César, que les trahisons avait beaucoup servi disait : « On aime la trahison, mais le traître est odieux ». Ici le Bachagha Ould Ali Lhadi avec sa nouvelle famille, pas celle de Tahar Djaout « qui avance » mais celle du régime raciste et criminel « qui recule » (PH/DR)
Comme nous l’annoncions hier, l’enterrement de la sœur de Slimane Azem, décédée le 26/06/2013 à l’âge de 84 ans, était prévu aujourd’hui dans les terres familiales à Agwni Ggeghrane.

Eh bien, l’enterrement n’aura pas lieu. L'enterrement est en ce moment même suspendu à la décision de la famille Azem et du comité de village d’Agni Ggeghrane qui ne sait plus comment gérer la situation avec un impossible enterrement car les terres de la famille Azem sont convoitées par la gendarmerie algérienne qui cherche à implanter une nouvelle caserne.

Déjà la veille, le Bachagha Ould Ali Lhadi, l’homme des plus répugnantes besognes du régime raciste algérien, avait été dépêché en qualité « d’émissaire » auprès du village d’Agwni Ggeghrane pour empêcher que cet enterrement ne se fasse sur les lieux prévus à cet effet par la famille " parce qu’elles sont réservés par le pouvoir algérien" à la construction d'une énième caserne de gendarmerie qui, un jour ou l'autre, exactement comme en 2001, va tirer avec un arsenal de guerre sur les enfants de Kabylie.

Pour l’instant, l'enterrement est tout simplement suspendu… La famille et le comité de village sont interloqués.

Informé de la nouvelle forfaiture confiée au Bachagha Ould Ali, le président du Gouvernement provisoire Kabyle, Ferhat Mehenni, a parlé d’une nouvelle « atteinte à la mémoire de ce géant de la chanson kabyle (Slimane Azem : NDLR) décédé et enterré en exil en 1983. C'est là une insulte à la Kabylie et dont l'un des symboles est, une nouvelle fois, instrumentalisé par le régime contre le peuple kabyle »

Quant au Bachagha Oul Ali Lhadi, une citation d’Auguste César lui convient parfaitement. En effet, Auguste César, que les trahisons avait beaucoup servi, disait : « On aime la trahison, mais le traître est odieux ». Il en est ainsi de cet Ould Ali Lhadi dont le nom restera gravé à jamais dans la mémoire kabyle comme LE TRAÎTRE par définition ! Aller jusqu’à pourchasser ces propres compatriotes jusque dans leur tombe…Quelle honte !

zp,
SIWEL 271458 JUIN 13





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu