Nora, divine interprète d’« Idurar Nnegh alayen» n’est plus

03/06/2014 - 17:27

LARBOISIERE (SIWEL) — Nora, un autre pilier de la chanson Kabyle, s’est éteinte ce premier juin à l’âge de 72 ans. La diva nous a quittés, dimanche dernier, à la suite d’une longue maladie dans l’hôpital français de Lariboisière. Nora était une artiste hors pair dont l’immense talent ne s’est jamais départi de la modestie qui caractérise les personnes à l’âme est grande et généreuse. L’Anavad et Lhacène Ziani, ministre du GPK et ami personnel de kamel Hamadi, présentent leurs plus sincères condoléances à la famille à travers deux messages où ils rendent hommage à l’artiste que nous publions ci-après. Nous publions également une vidéo de Nora, dans ses plus jeunes années, où elle interprète « Idurar Nnegh alayen».


Nora, de son vrai nom « Fatma Zohra Badji », est une artiste amazighe de la région du Chenoua (Tachenouit). Issue d’une famille nombreuse, à la séparation de ses parents, elle se voit obligée d’abandonner ses études pour aller travailler. Dans les années cinquante, elle est engagée à « Radio Alger » comme animatrice d’une émission enfantine.

Jeune artiste de très grand talent, elle se fera très vite remarquer en interprétant des pièces de théâtre et des opérettes avant de s’imposer comme l’une des plus grandes chanteuses nord-africaine de l’époque. En 1959, elle épouse le bienheureux Kamel Hamadi, célèbre auteur compositeur kabyle et, avec son mari, elle incarnera le plus célèbre duo de la chanson nord-africaine des années soixante.

Une bonne partie de son fabuleux répertoire est en langue Kabyle ; elle a aussi beaucoup chanté en arabe dialectal comme en français mais à la différence de la plupart des artistes kabyles qui ont chanté en kabyle et en arabe dialectal, à l’exemple de Lhadj Mhemed El Anka ou de Cheikh el Hasnaoui qui sont parti du kabyle vers l’arabe dialectal, Nora, jeune fille amazighe du Chenoua, a été la seule à faire le chemin inverse, de l’arabe dialectal vers le Kabyle.

Parmi ses plus grands succès artistiques, on peut citer les titres kabyles de « Idurar Nnegh alayen», « Tamurt n Leqvayel azizen », « imawlene ouguin », ou en arabe « Ya Rabbi Sidi ». En 1965, elle fera également un album tout en Français où elle interprète « Une vie », de Michel Berger, et « Paris dans mon sac » de Kamel Hamadi.

Nora est l’une des premières chanteuses Nord-Africaine à obtenir un disque d’or. En 1971, elle et un autre géant de la chanson kabyle, Slimane Azem, reçoivent le disque d’or pour plus d’un million de disque vendus chez Pathé Marconi. C’est la première fois que des artistes nord-africains sont distingués pour leur vente en France. Nora, dont le répertoire fabuleux comporte plus de 500 titres, a également longtemps travaillé à la radio kabyle, la Chaine II, entre 1960 et 1970.

Comme la plupart des chanteuses et artistes anciennes, elle a sombré dans l’anonymat et est restée longuement marginalisée par les autorités algériennes. Dans l'hommage « tardif » qui lui a été très récemment rendu à la télévision algérienne, la présentatrice a précisé que Nora avait chanté en arabe mais aussi en français tout en omettant scrupuleusement de citer une des plus importante partie de son fabuleux répertoire où elle chantait en kabyle.

Nora, cet autre pilier de la chanson Kabyle, s’est éteinte ce premier juin à l’âge de 72 ans. La diva nous a quittés, dimanche dernier, à la suite d’une longue maladie dans l’hôpital français de Lariboisière. Selon le coordinateur artistique Farid Ouahmed « Le corps de la défunte chanteuse sera acheminé par un vol d'Aigle Azur, demain, mercredi 4 juin à midi».

Message de condoléance de l’Anavad

Noura, l'interprète de « Tamurt n Leqvayel azizen », « Idurar Nnegh alayen » et « Amiruc », vient de rendre l'âme à la suite d'une très longue maladie. Cette grande dame d'origine chenwie a marqué de nombreuses générations par ses chansons essentiellement composées et écrites par son mari, Kamal Hamadi. La Kabylie est en deuil pour elle. L'Anavad présente ses condoléances les plus sincères à l'ensemble de sa famille

Message de condoléance de Lhacène Ziani, Ministre du GPK et ami personnel de Kamel Hamadi

Qui n'a pas déjà été ému par la célèbre chanson ''Idurar nne& alayen'' et applaudi fièrement la voix sensationnelle de la détentrice du disque d'or et de plus de 500 titres, Nora. La diva fut emportée ce dimanche 01 juin par une longue maladie. Un monument vient de s'écrouler. Paix sur son âme.

Nos sincères condoléances à ses proches notamment ses enfants et son époux Kamal Hammadi. Ce dernier avait pris en main avec un succès éclatant la carrière de la brillante artiste. À son chevet durant toutes ces dernières années, Il l'avait soutenue courageusement et jusqu'à son dernier souffle. Grand auteur-compositeur qu'il a toujours été, il n'a guère démérité sur le plan humain, nous le félicitons.
Puisse la voix d'or Nora, reposer en paix.

Lhacène Ziani

maa,
SIWEL 031727 JUIN 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu