Nécrophagie à l'algérienne

17/02/2016 - 00:02

SOUAMAA (SIWEL) — L’enterrement de Hocine Aït Ahmed, personnalité dont personne parmi le personnel politique d’hier et d’aujourd’hui ne peut remettre en cause la contribution et le sacrifice pour une Algérie de tous les Algériens a fait l’objet de la machinerie coutumière au régime qui consiste à arroser et sauvegarder ses soutiens locaux tout en désignant un bouc émissaire afin de détourner l’attention des citoyens kabyles et algériens de ses concussions.

Mais la vérité finit toujours par émerger et s’imposer.


Nécrophagie à l'algérienne
Selon des sources émanant de mairies, on apprend qu’un budget spécial a été octroyé aux municipalités accueillantes (Aït Yahia, Souama et probablement d’autres) pour contribuer à l’organisation de l’enterrement.

À ce titre, la commune de Souama, limitrophe d’Aït Yahia a bénéficié d’une subvention spéciale de 150 000 000 DA (un milliard cinq cents millions de centimes) destinée à l’événement (transport, hébergement, nourriture).

La mairie de Souama, connue par ailleurs pour une opacité totale dans la gestion des subventions sociales aux familles défavorisés, a reçu sa quote-part dans un secret absolu.

La population locale n’a observé aucun investissement effectif dédié à l’événement. Mieux, les citoyens ont la preuve que ce sont des particuliers propriétaires de bus qui ont mis à disposition leurs véhicules pour le transport des personnes.

À ce jour aucun bilan n’a été rendu public et des élus demandent des comptes d’autant que le 2è Vice-président de l’APC s’est mis curieusement en congé depuis vingt-et-un jours déjà.

En effet, M. Fidah Rabah, 2è Vice-président d’obédience RND et bras droit du maire M. Bouktouche, a obtenu un congé de la part de la hiérarchie et se trouve actuellement en France. Personne ne sait comment ni pourquoi ce personnage, membre de l’exécutif communal, a réussi à déserter son poste en plein milieu d’année civile. Des questionnements légitimes commencent à circuler d’autant que des citoyens affirment que cet individu a procédé tout récemment à la vente de ses deux véhicules particuliers.

Aux dernières nouvelles, on apprend qu’il vient d’acquérir une station de lavage de véhicules en France.

Et pendant que des croque-morts, à plusieurs niveaux, dépeçaient la dépouille toute fraîche de M. Hocine Aït Ahmed, ordre a été donné de focaliser l’attention sur le drapeau kabyle et la présence massive de militants du MAK qui sont allés à l’enterrement avec leurs maigres moyens et certains ayant même passé la nuit à la belle étoile.

La vox populi demande aussi à savoir si MM. Hamrouche, Zéroual, Boukrouh, Benflis , Djaballah et d’autres dignitaires ont été à l’enterrement avec leurs propres deniers où « subventionnés » par l’argent du contribuable. Qu’ils nous disent s’ils étaient des pèlerins désintéressés ou des vautours à la curée en pays kabyle alors qu’aucun d’entre eux n’a élevé la moindre protestation lorsque la gendarmerie et la police algériennes procédaient à un massacre méthodique de la jeunesse de son peuple de 2001 à 2003.

Le régime d’Alger a tenté comme d’habitude de pourfendre l’unité du peuple kabyle.

Hélas pour lui ! C’est plutôt l’inverse qui se produit à chacune de ses indignités. La majorité des présents a remarqué que ce sont les militants du MAK qui étaient les plus présents, les plus dévoués et les plus dignes dans l’honneur rendu à la mémoire de Hocine Aït Ahmed.

Nous lançons la présente alerte pour dénoncer un détournement mémoriel de celui qui a souhaité un enterrement simple et digne par et parmi les siens et transformé en vaste opération de détournement d’argent public.

L’histoire jugera.

Souama, le 16 février 2016

Un groupe de patriotes kabyles de la commune de Souamaa

SIWEL 170002 FEV 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu