Nafa Kireche : "il faut en finir avec l'idéalisation des figures historiques kabyles"

01/12/2013 - 21:49

PARIS (SIWEL) —Nafa Kireche est ministre des relations avec la France du Gouvernement Provisoire Kabyle, dirigé par Ferhat Mehenni. Incarnant une génération nouvelle et anticonformiste de la lutte kabyle de libération, il livre ici, de manière tranchée, ses positions dans un petit entretien express.


Nafa Kireche, ministre des relations avec la France du Gouvernement Provisoire Kabyle.
Nafa Kireche, ministre des relations avec la France du Gouvernement Provisoire Kabyle.
Monsieur le ministre, le président Bouteflika, malgré sa santé précaire, semble promis à sa réélection...

L'Algérie n'a jamais été gouvernée par qui que ce soit. La vérité est que les richesses du pays sont gérées, pour ne pas dire pillées, par les puissances occidentales, dans le cadre d'un deal avec les décideurs algériens qui ne restent d'ailleurs décideurs que parce qu'ils acceptent ce deal. Le reste, c'est de la poudre aux yeux, du théâtre. Maintenir la population sous domination et l'empêcher de se soulever afin de pérenniser ce système. Pour cela rien de mieux que d'abrutir les gens par un mélange de nationalisme haineux et un islamisme anesthésiant. Donc le nom du président importe peu, la cible, c'est le système.


Vous êtes ministre des relations avec la France. Or, la France est la pierre angulaire de ce système. Ou en est votre action vis-à-vis de la France ?

C'est compliqué. Il y a la France officielle, celle de la raison d'Etat, de la Realpolitik et la société française. Ce clivage entre France officielle et peuple français est d'ailleurs de plus en plus prégnant. Mon action consiste donc à infléchir les positions françaises par la base, en passant par les élus et le tissus associatif français. C'est difficile mais nécessaire car les liens entre la France et l'Algérie sont inextricables.


Ferhat Mehenni vient de sortir un livre dans lequel il envisage une perte de l'Afrique par la France. Pensez vous que la France puisse perdre l'Algérie ?

La France joue un jeu trouble au niveau international et doit s'attendre à un retour de bâton. Les peuples sont de moins en moins dupes de ce qui se passe en coulisses. La France a perdu beaucoup de son aura ces dernières années et ça risque de se traduire également au niveau économique. Je tente de sensibiliser la classe politique française sur la nécessité d'avoir une vision à plus long terme et de cesser la politique de la terre brûlée en soutenant des régimes qui fabriquent des terroristes et des gens désespérés, qu'on retrouve d'ailleurs souvent en France...

Beaucoup de gens, dans le milieu politique kabyle ironisent sur Ferhat. Pour eux, Ferhat n'est qu'un artiste et ne devrait se cantonner qu'à la chanson. Or, la réalité est que Ferhat en est à son troisième livre et quels livres ! Ils sont du même acabit que les écrits de Bernard Lugan et d'autres spécialistes du monde africain, qui ont bien mis en évidence que les clivages dans ces sociétés sont ethniques et non politiques.


La Kabylie semble rester distante vis-à-vis des positions indépendantistes...

Non la Kabylie est tout à fait réceptive à cette idée, même si elle doit encore être explicitée. Les obstacles sont nombreux. La société est quadrillée par le régime, militairement et culturellement avec la présence de nombreux imams, la construction de mosquées et l'installation d'enseignants arabisants. Par ailleurs, les partis d'opposition classiques comme le FFS et le RCD continuent dans une négation de la spécificité kabyle qui devient aussi ridicule que démente. Il y a là quelque chose de psycho-pathologique face à un tel aveuglement.

Enfin, il est temps d'ouvrir les yeux des kabyles sur leurs héros. Les Krim Belkacem, Amirouche et autre Abane Ramdane ont une responsabilité énorme dans la situation ou se trouve la Kabylie, qui est censée être leur région. Il n'y avait pas plus antibérbéristes qu'eux. Ils se sont alliés aux ennemis mortels de la Kabylie avant de se faire lamentablement éliminés. Aujourd'hui, il faut arrêter avec cela. Ces gens ont été les architectes de l'Algérie telle qu'elle est, c'est à dire antikabyle. Il faut en finir avec l'idéalisation de certaines figures historiques kabyles sous prétexte qu'elles sont kabyles. Cela vaut aussi pour Hocine Ait-Ahmed. Un kabyle qui fait de l'antikabylisme, pour moi, c'est impardonnable. Par contre les arabophones, c'est autre chose, il y a un rapport de force politique et identitaire qu'ils assument à leur avantage.


Mais n'ont-ils pas joué un rôle majeur dans la guerre de libération en s'opposant justement à l'armée coloniale ?

Qu'ils aient joué un rôle majeur dans la lutte de libération de l'Algérie, cela personne ne le conteste, et certainement pas moi. Mais avec plus de 50 ans de recul, et un combat reconfiguré pour la Kabylie, il est temps d'ouvrir les yeux sur l'idéologie qu'ils servaient. Les militants berbéristes qui ont été éliminés l'ont souvent été par Abane, Krim et Amirouche eux-mêmes ! Ils étaient grisés par ce qu'ils vivaient et se foutaient royalement des conséquences. Ils sont rentrés dans l'Histoire mais l'Algérie les nie malgré leur zèle et la Kabylie les vénère à tort car ils n'ont rien fait pour elle, bien au contraire.

Il est temps aujourd'hui de regarder les choses en face et de rendre hommage aux vrais combattants kabyles de la guerre de libération, ceux qui n'ont jamais accepté de mettre leur kabylité à la poubelle et qui avaient leur lucidité sur le clivage qui animerait la société algérienne indépendante : Bennai Ouali, Ammar Ould Hammouda (cousin d'Amirouche), Ali Laimeche, Said Oubouzar, M'Barek Ait-Menguellet et pleins d'autres. Ce sont ces gens là qui doivent être honorés, malgré leur échec, pour leur loyauté envers leur région et leur rejet de l'idéologie arabo-islamique.


Certaines personnalités ont lancé un débat sur l'officialisation de Tamazight en Algérie. Quelle est votre position ?

Ma position est celle que le chanteur Idir a affirmé récemment. Il ne faut plus être dans la revendication mais il faut être, et ce, avec détermination. Revendiquer quelque chose revient à quémander et donc a reconnaître la légitimité du régime. Les initiateurs de la pétition pour l'officialisation de Tamazight se sont mis à genoux pour supplier leur maître Bouteflika de leur accorder le droit d'exister pour ce qu'ils sont. Cette démarche est naïve, une naïveté d'autant plus étonnante que nous avons affaire à des gens qui ont un kilométrage élevé sur la route du militantisme. Au fond, Hacène Hirèche et ses compagnons rejoignent la position de Hadi Ould Ali sur cette question.

Au GPK, nous considérons que sans un pouvoir politique propre à la Kabylie, qui veillera, protégera et développera la langue kabyle, le combat restera stérile. La co-officialisation de Tamazight aux côtés de l'Arabe, entre les mains du pouvoir, donc des tenants de l'arabo-islamisme, est un suicide linguistique et identitaire. Il s'agit en effet de mettre son existence entre les mains de ses bourreaux.

Cette revendication est éminemment politique, elle doit sortir de la sphère culturelle.

SIWEL 012149 DEC 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu