Nadia Matoub réagit à l'agression du président du MAK : « Il est impératif de mettre un terme au climat de terreur »

14/11/2016 - 13:17

TIZI WEZZU (SIWEL) — Nadia Matoub, veuve de Matoub Lounes, a réagi à l'agression de Bouaziz Ait Chebib et ses compagnons et a tenu à exprimer son indignation, sa compassion et son soutien après avoir assuré que « les événements du 11 novembre dernier nous interpellent tous ». Ci-dessous le communiqué de Nadia Matoub.


Le samedi 11 novembre à Timizar, Bouaziz Ait Chebib a été victime d'une violente agression qui aurait pu lui être fatale si ce n'est la protection de ses accompagnateurs. Les intimidations sont malheureusement devenues une épreuve quotidienne pour Bouaziz Ait Chebib et ses compagnons de lutte. Il est dangereux et grave que les agressions et les tentatives d'assassinat deviennent à leur tour une pratique banalisée.

Depuis l'assassinat de Lounès Matoub et les évènements du Printemps noir, les plaies de la Kabylie sont toujours ouvertes. Le passé doit nous servir de leçon car comme l’écrit Bakounine : « ... s'il nous est permis, s'il est même utile, nécessaire, de nous retourner, en vue de l'étude de notre passé, ce n'est que pour constater ce que nous avons été et ce que nous ne devons plus être, ce que nous avons cru et pensé, et ce que nous ne devons plus ni croire ni penser, ce que nous avons fait et ce que nous ne devons plus jamais faire. »

Sans céder à une colère inutile, qui pourrait encore plonger la Kabylie dans le malheur — ce que chacun de nous refuse —, il est impératif de réfléchir aux meilleures solutions et démarches à effectuer afin de mettre un terme au climat de terreur dans lequel sont contraints de vivre Bouaziz Ait Chebib et ses compagnons.

Les événements du 11 novembre dernier nous interpellent tous. Avant toute considération partisane et quelles que soient nos divergences de vue, il faut admettre que ce sont bien nos frères et sœurs kabyles qui mènent une lutte pacifique, dans le respect des autres, qui se font malmener et agresser.

Dans ces moments que je sais très éprouvants pour Bouaziz Ait Chebib et ses compagnons de combat, je tiens à exprimer mon indignation, ma compassion et mon soutien. Sachant ce que sont la terreur et la peur, il m'est d'autant plus insupportable de voir ce que traversent nos frères et nos sœurs, et d’autant plus impossible de garder le silence qui conforte la bonne conscience que chacun entretient avec certitude.

Nadia Matoub

SIWEL 141317 NOV 16




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche