Message de M. Ferhat Mehenni aux marcheurs du 20 avril : " Bientôt une Constitution pour la Kabylie " (actualisé)

21/04/2013 - 16:00

PARIS (SIWEL) — Dans un message adressé aux militants et sympathisants du MAK et du GPK, M. Ferhat Mehenni, président de l'Anavad a souligné que le résultat a été à la hauteur de l'espoir, en ajoutant que d'autres victoires nous attendent dans les mois à venir. M. Mehenni informe que le projet de rédaction d'une Constitution pour la Kabylie est en bonne voie.


M. Ferhat Mehenni, hier lors du rassemblement au Trocadéro de Paris. Ph/FB
M. Ferhat Mehenni, hier lors du rassemblement au Trocadéro de Paris. Ph/FB
Le président du GPK, contre lequel le pouvoir de Bouteflika et du général Toufik actionnent leur relais médiatique pour attenter à sa personne et à l'honneur de sa famille, adresse au nom de l'Anavad " ses chaleureuses félicitations à l'ensemble des personnes qui ont répondu présentes à l'appel à manifester en faveur du droit à l'autodétermination de la Kabylie".

M. Mehenni, une cible privilégiée d'une presse algérienne démunie de toute déontologie et orpheline de toute éthique, précise que d'autres victoires nous attendent dans les mois à venir avec la confection du drapeau kabyle, la mise sur pied d'un Conseil National Kabyle et de la rédaction d'un projet de constitution kabyle.

Le président de l'Anavad a ajouté qu'il tient particulièrement à décerner une médaille d'honneur aux militants kabyles de Bouira qui ont essayé de déboulonner la statue de l'Emir Abdelkader érigée par le pouvoir dans cette ville. la Kabylie est fière de leur action qui en rappelle une autre du même type à Oran en 1949. La statue de l'Emir Abdelkader érigée par la France coloniale à celui qui s'était rendu à l'ennemi fut plastiquée par les nationalistes algériens.

L'émir Abdelkader auquel les officiels algériens attribuent à tort la paternité de leur Etat était hier le symbole de la soumission de l'Algérie, et de nos jours celui de l'oppression de la Kabylie. Pour mémoire, venu menacer les Kabyles pour se mettre sous ses ordres, il fut honteusement éconduit par nos montagnards qui refusaient de reconnaître d'autres chefs que les leurs.

aai
SIWEL 21 1600 AVR 13





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu