Message de Boualem Sensal au 3è Congrès du MAK

22/02/2016 - 17:12

(SIWEL) — A l'occasion du 3è Congrès du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) qui aura lieu le 26 février, Boualem Sensal, écrivain et essayiste algérien de renommée mondiale, a envoyé un petit message aux congressistes du MAK.

En effet, ayant un agenda ne lui permettant pas de se déplacer pour être physiquement au congrès du MAK en Kabylie auquel il a été invité, Boualem Sensal a répondu à l’invitation en envoyant un « petit message aux congressistes » qui témoigne, selon ses propres termes de son « admiration » pour « l’action courageuse du MAK » et de son « soutien au MAK ».

Nous publions ci-après l'intégralité du "petit message" de Boualem Sensal, seul intellectuel algérien à avoir le courage de manifester ouvertement son soutien et son admiration pour l’action du MAK.


Message de Boualem Sensal au 3è Congrès du MAK
Congrès du MAK.

Petit message de Boualem Sansal


Chers frères, chers compatriotes, chers amis,

C’est un grand jour que ce jour qui voit le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie, le MAK, se réunir en congrès, en son pays, en cette terre blessée mais fière qu’est la Kabylie. Encore un peu et ce congrès aurait pu se tenir en ce lieu si hautement symbolique pour les Algériens, la Soummam.

Quand il le saura, le peuple algérien sera fier de vous, il vous sera reconnaissant d’avoir tenu ce rassemblement en son pays, en son sein. Il sait les dangers que vous encourrez à vous réunir ici, en Kabylie, il connaît la férocité du pouvoir, il la subit sans discontinuer depuis le premier jour de l’indépendance.

J’aurais voulu être parmi vous, physiquement parlant, mais en vérité je le suis par la pensée, de tout cœur et de toute ma raison. Et je le suis parce que je crois que le MAK est une chance pour l’Algérie, il est porteur d’un projet politique véritablement novateur, le seul qui puisse rompre le cercle infernal de la soumission et du béni-oui-ouisme, dans lequel le régime honni a enfermé le peuple, après lui avoir volé sa terre, ses richesses, son identité berbère et son histoire multimillénaires, ses espérances démocratiques, et l’avoir séparé de son ancrage naturel méditerranéen et africain.

Le régime l’a prouvé maintes et maintes fois et il n’hésitera pas à le prouver encore : il ne concédera jamais la moindre liberté au peuple, il ne veut de démocratie que sur la façade, ceci pour consolider son pouvoir et mieux cacher ses turpitudes.

La déclaration universelle des droits de l’homme reconnaît aux peuples opprimés le droit imprescriptible de s’autodéterminer et de tout faire pour se libérer du malheur. Sous le règne des Bouteflika, le malheur a atteint des sommets partout dans le pays et tout particulièrement en Kabylie et au M’zab, où est mise en œuvre une politique de destruction systématique de tout ce qui fait l’âme de ces régions. On peut ici parler de crimes contre l’humanité, conçus, programmés et exécutés par le régime.

A ce stade, on ne peut plus se poser qu’une question : faut-il continuer de servir de caution au régime pour quelques misérables gratifications ou s’en séparer et retrouver sa dignité, seule source de bonheur et de progrès ?

Je souhaite plein succès à votre congrès.

Vive l’Algérie, vive la Kabylie.

Boualem Sansal
22 février 2016.


SIWEL 221712 FEV 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu