Meeting du MAK à Chorfa: " Le régime algérien est agonisant à l'image de son candidat".

28/03/2014 - 22:25

CHORFA (SIWEL) - Pousuivant la campagne de rejet des élections présidentielles algériennes, le Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie (MAK) a animé en fin de cette après midi un meeting populaire suivi d'un débat dans la localité de Chorfa, département de Tuviret.


Par le biais de son Président , Bouaziz Ait Chebib, et son Secrétaire national aux relations extérieures, Hocine Azem, le MAK est revenu longuement sur l'actualité et la situation qui prévaut en Kabylie.

Insistant sur la nécessité de préserver les valeurs kabyles et les adapter au contexte actuel, les animateurs du MAK ont incombé la responsabilité du marasme multidimensionnel qui ronge la Kabylie à la politique de dépersonnalisation menée par l’État algérien depuis 1962.

En effet, selon les responsables du mouvement kabyle, la Kabylie est soumise à un processus de génocide sinusoïdale alternant la répression et l'oppression manifestes et latentes générant une mort à petit feu du peuple kabyle.
Sous l'effet de la condition du colonisé, le peuple kabyle a délaissé ses valeurs au point de perdre ses propres repères. Les animateurs du MAK ont puisé dans l'Histoire récente et anciennede la Kabylie pour apporter des éléments constitutifs de la grandeur de l'organisation socio-politique vantée par des éminents penseurs universels à l'instar de Pierre Bourdieu, Karl Marx, Émile Durkheim, Ernest Ronan …

Cet argumentaire a été développé afin de redorer le blason à ceux qui ne cessent de s'auto-dévaloriser et se réconcilier avec les valeurs de liberté, de laïcité, de solidarité, d’égalité … fondant la kabylité qui demeurent au diapason avec l'universalité. C'est ainsi qu'ils invitent le peuple kabyles à agir afin de soustraire ses symboles aux manipulations du pouvoir et prendre son destin en main en réactivant les institutions kabyles pour faire face à l’extinction programmée. Et d’ajouter : « un peuple sans État est voué à la disparition. L’avènement d’un Etat Kabyle est une exigence de l’Histoire et non un choix » .

Abordant le deuxième volet concernant les présidentielles du 17 avril, Bouaziz Ait Chebib et Hocine Azem, ont réitéré la position de principe de leur mouvement qui consiste à ne pas reconnaitre le régime raciste d'Alger, ses présidents, et ses élections. Pour les orateurs, cette mascarade s'inscrit dans la logique de donner un sursis supplémentaire à un régime agonisant à l'image de son candidat. Ils appellent le peuple kabyle à réaliser un sursaut historique en rejetant dignement les élections de la honte et de marcher massivement le 20 avril dans les trois chefs lieu de départements kabyles: Tuviret, Vgayet, Tizi Wezzu .

Sur demande de l'assistance fort nombreuse et ce en dépit du match de la JSK qui se déroulait en même temps, les animateurs du MAK ont accepté de répondre aux questions du public assoiffé de débat.
Tout en réitérant le soutien du MAK au peuple Amazigh du Mzab, les orateurs ont qualifié l'Algérie de "colonie arabe" en Afrique et ce à cause du silence complice et lâche de l'Etat algérien devant les fatwas des "chouyoukh" wahabites appelant à l’assassinat des mozabites au nom de leur religion sur la chaine de TV "IQRAA" largement captée en Algérie.

Le meeting est clôturé à la nuit tombante sous les ovations de l'assistance qui a adhéré au discours du MAK.


Rendez-vous est pris pour demain à Akbou à 10 H.




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu