Meeting du MAK à Amalou: " Qui ne participe pas à la lutte, participe à la défaite".

10/05/2015 - 19:07

AMALOU (SIWEL) — A Amalou , dans la région d'Aqvu, le président du MAK, Mas Bouaziz Ait Chebib, à animé hier un meeting populaire dans lequel il a abondamment développé les points relatifs à la lutte du peuple kabyle pour son droit légitime à l'autodétermination. Le MAK qui devait initialement animer une conférence à la maison de jeunes, a essuyé un refus des autorités locales. Les organisateurs ont alors opté à la dernière minute pour un meeting populaire à l'extérieur. En voici le compte rendu.


Meeting du MAK à Amalou: " Qui ne participe pas à la lutte, participe à la défaite".
Dans son intervention, le président du MAK n'a pas manqué de relater le long et difficile parcours dans lequel la Kabylie s'est massivement engagée pour des objectifs qu'elle croyait communs. En contrepartie, la manière avec laquelle l'Algérie, devenue indépendante grâce aux énormes sacrifices de la Kabylie, s'acharne à détruire celle-ci, est marquée par une ingratitude qui ne cesse d'endeuiller les familles kabyles. Le Président du MAK finit par conclure, qu'au vu de cet historique macabre, la Kabylie n'a pas d'autre choix que de prendre son propre destin en main en faisant valoir son droit légitime à l'autodétermination, conformément à la législation internationale, par ailleurs ratifiée par l'Algérie.

Le volet économique à également constitué une part importante de l'allocution du premier responsable du MAK. En effet, Bouaziz Ait-Chebib a mis en évidence le potentiel économique dont dispose la Kabylie; un potentiel très largement susceptible de garantir son autosuffisance pour peu que ce dernier soit exploité et mis en valeur au lieu d'être méticuleusement détruit et réduit à néant, comme le fait l'Etat algérien depuis 1962. La seule condition qu'il faut satisfaire pour garantir la prospérité économique de la Kabylie c'est l'instauration de son propre Etat.

Puis le président du MAK a remis les pendules à l'heure sur les allégations de certains cercles obscurs, qui manient le mensonge et la diffamation, pour tenter de faire prendre au MAK une position qui n'a jamais été la sienne et qui ne le sera jamais, dans la lutte des clans au sommet de l'Etat Algérien. Bouaziz Ait-Chebib a rappelé que le MAK ne lutte pas contre un clan ou un autre au sommet de l'Etat algérien mais contre l'Etat algérien lui-même, auquel par ailleurs il ne reconnait aucune légitimité en Kabylie. ll a rappelé que les clans algériens se livrent mutuellement une guerre acharnée pour le contrôle de la rente pétrolière tout en partageant le même idéal colonial qui vise à imposer l'identité arabo-islamique à la Kabylie. L'alternance et la lutte des clans algériens ne concernent en rien le MAK qui considère tous les clans algériens comme les ennemis déclarés de la Kabylie. La voie de salut pour la Kabylie passe impérativement par l’instauration de son propre Etat et par aucune autre voie. Le MAK dispose du seul et unique allié fiable, le peuple kabyle; or celui-ci a délivré un message clair et sans ambiguïté en faveur du projet porté par le MAK.

Ensuite, le président du MAK a rendu un vibrant hommage aux militantes et militants du MAK et du Réseau Anavad, aussi bien en Kabylie que dans la diaspora, pour leur engagement et leur courage en imposant, partout où ils sont les levées du drapeau kabyle, posant un acte incontestable de souveraineté.

Enfin, avant de remercier les habitants d'Amalou pour leur accueil chaleureux, leur attention et leur disponibilité, le président du MAK a fait un appel soutenu à la vigilance. Face aux tentatives de déstabilisation qui visent actuellement la Kabylie, il a appelé à continuer sur la voie de la réussite, et celle-ci consiste à poursuivre la lutte pacifique jusqu'à la libération de la Kabylie. Bouaziz Ait-Chebib a tenu à préciser que le MAK ne cultive aucune forme d'animosité à l'égard des autres acteurs politiques de la Kabylie, mais qu' il œuvre à leur faire entendre raison, notamment sur les options algérianistes auxquelles ils continuent de s'accrocher alors que celles-ci ont non seulement prouvé leurs limites, mais qu'elles constituent le plus grand danger de mort pour la Kabylie qui n'accepte plus de se sacrifier pour des causes qui ne sont pas les siennes.

Puis, ce fut au tour de Yidir Oulounis, secrétaire national à l'éducation qui a rappelé l'importance pour un peuple de se doter d'un Etat car a-t-il précisé, "pour toutes les grandes civilisations qui ont disparu, la raison est la même: les peuple qui les portaient ont perdu leur souveraineté". De ce fait, un peuple ne peut assurer sa pérennité en dehors de son propre Etat. Le peuple kabyle, s'il ne veut pas disparaitre, est condamné à recouvrer sa souveraineté et ce combat est celui de tous les kabyles." a-t-il encore ajouté avant de conclure en disant " qui ne participe pas à la lutte, participe à la défaite".

Quant à Lounis KADIM, président de la section MAK d'Amalou, a rappelé les fondements du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie en précisant "Nous ne courrons pas derrières les carrières et les intérêts personnels, nous, les militants du MAK, nous avons pris l'engagement de défendre la Kabylie en tout lieu et en tout moment, face à tous ses ennemis. Aucune menace, aucune manipulation et aucune tentative de corruption ne pourra avoir raison de notre engagement car notre conviction et notre détermination, sont plus fortes que tout".

maa,
SIWEL 101907 MAI 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu