Meeting des cadres du MAK à Sidi Aïch : « Le 20 Avril est une journée de lutte et de combat et non de folklorisation »

06/04/2014 - 10:36

SIDI AICH (SIWEL) — Alors que l’élément temporel nous rapproche inexorablement de la farce planétaire du siècle, appelée « Elections présidentielles du I7 avril », les cadres du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), à leur tête, Bouaziz Aït-Chebib, multiplient les meetings et les rencontres avec les citoyens kabyles pour les avertir du danger les menaçant même dans leur existence. Qu’il pleuve ou qu’il vente, les animateurs du MAK sont toujours sur le terrain pour expliquer au peuple kabyle que son avenir dépend fondamentalement de lui-même, c’est-à-dire de son autodétermination absolue, et non de sa cohabitation avec des peuples se nourrissant d’une idéologie inconnue de nos aïeux.


Alors que l’élément temporel nous rapproche inexorablement de la farce planétaire du siècle, appelée « Élections présidentielles du I7 avril », les cadres du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), à leur tête, Bouaziz Aït-Chebib, multiplient les meetings et les rencontres avec les citoyens kabyles pour les avertir du danger les menaçant même dans leur existence. Qu’il pleuve ou qu’il vente, les animateurs du MAK sont toujours sur le terrain pour expliquer au peuple kabyle que son avenir dépend fondamentalement de lui-même, c’est-à-dire de son autodétermination absolue, et non de sa cohabitation avec des peuples se nourrissant d’une idéologie inconnue de nos aïeux.

En effet, hier, Bouaziz Aït-Chebib, en sa qualité de président du MAK, Razik Zouaoui, secrétaire national à la promotion de la langue et culture kabyles (SNDDLCK), Hocine Azem, secrétaire national aux relations extérieures (SNRE) , Farid Djenadi, secrétaire général du MAK et Nadir Chelbabi , chargé des relations avec les conseils régionaux se sont alternés aujourd’hui à Sidi-Aïch dans la prise de parole à l’adresse d’une assistance nombreuse et vivement attentionnée, et ce en dépit d’une bruine incessante.

Le lieu de la rencontre a eu lieu plus exactement au lieudit « Les Quatre chemins ». Comme de coutume, Bouaziz Aït-Chebib prendra la parole le premier. Dans sa longue intervention, il mettra en exergue les différentes principales phases historiques de la Kabylie, éléments prouvant son impossible mariage avec le pays, appelé par les fossoyeurs de la vérité historique « l’Algérie », surtout « la dissolution » du peuple kabyle dans ce moule algérien ayant pour repère « l’arabo-islamisme », les multiples opérations criminelles orchestrées par le pouvoir d’Alger contre la Kabylie pour la maintenir sous son giron, et qui se sont traduites par le sabotage économique, l’instauration du terrorisme et en parallèle les forces de répression, l’action psychologique consistant à faire croire aux Kabyles que leur patrie ne rengorge aucune ressource naturelle, et tant d’autres faits et discours contraires à la morale.

Lui succédant au micro, Razik Zouaoui entamera son discours par de bien belles métaphores pour dénoncer l’iniquité dont a toujours été victime la Kabylie. « Oui, commence effectivement le SNDDLCK, l’Algérie a beaucoup d’argent et le pouvoir algérien en a donné beaucoup pour la Kabylie ». « Il faut savoir cependant, poursuit Razik Zouaoui, qu’il a destiné cet argent exclusivement pour la construction de pénitenciers, de casernements et autres établissements répressifs ».
Le SNDDLCK cite l’exemple de cette prison construite à Remila, dans la wilaya de Béjaia et classée 2e à l’échelle africaine sur les plans dimensionnel et architectural lesquels se portent naturellement sur la sévérité pénitentiaire. L’intervenant signale également que cette prison « monstrueuse » est implantée sur une terre agricole. Razik Zouaoui poursuit son discours en annonçant à l’assistance que « l’objectif du pouvoir est d’affamer la Kabylie en la spoliant de ses terres et richesses et parallèlement à ces opérations de sabotage économique, ce pouvoir mène une répression sans pareille ici en Kabylie ».
Et encore une fois, le SNDDLCK se réfère au baromètre financier et matériel pour prouver le bien-fondé de sa thèse. « Le prix d’une bombe lacrymogène que le pouvoir utilise contre les enfants kabyles équivaut à celui de trois quintaux de semoule », assure-t-il.

Revenant à la valeur réelle de la langue kabyle, Razik Zouaoui martèlera puissamment qu’il n’y a que le pouvoir et les tenants de l’arabo-islamisme qui tentent de faire croire aux innocents que ce n’est pas une langue à part entière. « La langue kabyle, poursuit encore l’orateur avec véhémence, est réelle ; elle est grammatisée. La preuve en est que le Pr Kamel Bouamara a bel et bien fait un dictionnaire dans notre langue ».

Abordant ensuite la question relative aux élections du 17 avril, l’orateur indiquera le négativisme symbolisé par Abdelaziz Bouteflika et Ali Benflis. « Nous les connaissons tous les deux ! », a indiqué le SNDDLCK avant d’appeler à commémorer dignement le 34e anniversaire du Printemps I980 « car ce sera une journée de lutte et de combat et non de folkmorisation ».

En ce qui le concerne, Hocine Azem interviendra sur le volet portant sur la politique de déstructuration de la Kabylie menée par le pouvoir d’Alger sur le plan culturel et intellectuel. « En éloignant les artistes et les intellectuels du pays, en les poussant à l’exil quand il ne s’agit pas carrément de leur élimination physique obéit à la logique de maintenir les Kabyles dans le sous-développement intellectuel et, par conséquent, faciles à leur faire oublier leur origine kabyle », a souligné le SNRE en citant quelques personnages comme exemples comme Slimane Azem, Jean-El-Mouhoub Amrouche, Mohand-Bessaoud Arab, Mouloud Mammeri… « Et parallèlement à l’occultation de la culture authentique kabyle, poursuit l’intervenant, le pouvoir encourage la médiocrité et la fausseté ».
Hocine Azem cite l’exemple de ces sketchs animés par des artistes, animés par des artistes kabyles certes, mais en interprétant des personnages aussi kabyles mais ignares. « En interprétant des personnages bégayants et au comportement absurde et stupide est loin d’être innocent puisque c’est l’image du Kabyle que le pouvoir d’Alger à l’idéologie arabo-islamiste veut montrer aux autres », a encore explicité Hocine Azem.

Concernant l’occultation du Printemps I980, l’objectif du pouvoir est de tenter l’inexistence du peuple kabyle. Et avant de révéler la vraie nature d’Ali Benflis, le SNRE a encore cité le cas de feu Mohand-Ouharoun , « assassiné » psychologiquement par le pouvoir puisqu’il lui a refusé même l’autorisation d’assister à l’enterrement de sa mère.

S’agissant justement de l’homme qui n’arrête pas de piailler qu’il changerait l’ordre des choses en Algérie si on venait à voter pour lui, Hocine Azem Indiquera à son propos que lors de son meeting à Tindouf, il a déclaré à l’assistance tindoufienne être fervent partisan de l’autodétermination du peuple sahraoui alors qu’à Tizi-Ouzou, il n’ a pipé mot sur la revendication du peuple kabyle. « A Médéa, poursuit l’orateur, Il a promis à l’assistance de réhabiliter l’ex-FIS s’il venait à être élu président de la république alors qu’à Tizi-Ouzou, il n’avait fait aucune allusion aux gendarmes qui ont assassiné les jeunes kabyles ».

Revenant au cas touchant les élections du I7 avril, le SNRE qualifiera le Général Tewfik de metteur en scène, Abdelaziz Bouteflika et Ali Benflis d’ « acteurs principaux » et le reste des candidats de simples figurants. Ce comparatif établi par l’orateur veut dire tout simplement que le verbiage et les gesticulations des uns et des autres par rapport à ce rendez-vous du I7 avril n’est que de la poudre aux yeux car tout est pipé d’avance et d’autant plus que le peuple kabyle n’en est aucunement concerné.

Pour sa part, Farid Djenadi se montrera très virulent dans le discours. Développant et défendant la même thèse que ses camarades, toutefois, le secrétaire général du MAK usera d’un autre ton dans le discours. L’homme a commencé d’abord par faire monter d’un cran la colère de l’assistance vis-à-vis du pouvoir d’Alger en révélant que la première ferme agricole pilote à l’échelle algérienne et se trouvant entre El-Kseur et Amizour a été entièrement détruite sous prétexte qu’elle devait abriter une centrale électrique. Le deuxième acte criminel vis-à-vis de la terre agricole de Kabylie a consisté à choisir une grande orangeraie, sise à El-Kseur, pour y implanter un stade de football. Selon les révélations de Farid Djenadi, plus de 30 ha de terres fertiles seront détruits, et ce dans la logique de politique de faire disparaître toutes les terres fertiles en Kabylie. ‘Il Y a des espaces mieux indiqués pour abriter une centrale électrique et un stade football », s’est écrié le secrétaire général du MAK pour conclure ce point précis que l’objectif du pouvoir d’Alger est de réduire « à néant l’agriculture dans notre pays (Kabylie ndlr) ». « Le pouvoir ne peut pas nous affamer, poursuit l’orateur en augmentant de plusieurs décibels la tonalité de sa voix, car nous déjà l’expérience de la famine ».

Abordant le volet sécuritaire, le secrétaire général du MAK a indiqué que 40% des effectifs des forces militaires algériennes sont implantés à présent en Kabylie. « Si le pouvoir compte nous faire peur avec ses militaires, il se trompe ! », a souligné l’orateur avant de poursuivre : « Le terrorisme, c’est le pouvoir algérien qui le fait. Le kidnapping aussi car c’est avec « terrorisme » qu’il justifie la présence militaire dans notre pays et ces kidnappings sont font faits pour éloigner les investisseurs de notre pays. Nous ferons décamper ces militaires de notre pays et nous avons les capacités de le faire. Personne ne peut nous faire trembler car nous aussi nous avons les capacités de riposte aux agresseurs. Historiquement, nous avons prouvé notre capacité à faire fléchir nos agresseurs car nous savons nous nous adapter à toutes situations y compris la misère, le dénuement et la famine ». S’attaquant à la politique d’Abdelaziz Bouteflika, l’orateur a révélé que les dépenses qu’il a ordonnées depuis sa première intronisation, s’élèvent à 600 milliards de dollars avant de poser cette interrogation : « Qu’a-t-il fait réellement de tout cet argent ? »

Le mouvement Barakat a eu aussi sa part de reproches de la part de Farid Djenadi. En effet, il s’interrogera sur le fait que ce mouvement en question ne s’est jamais rendu nulle part ailleurs qu’en Kabylie pour inciter les gens à s’impliquer dans cette question relative au rendez-vous du I7 avril. « Pourquoi donc ce mouvement Barakat ne se rendrait pas à Constantine et à Oran pour inciter les gens à suivre sa ligne ? Pourquoi est-ce seulement en Kabylie qu’il fait ses numéros ? », s’est insurgé le secrétaire général du MAK.

Après avoir harangué longuement l’assistance sur ces questions d’une extrême sensibilité, Farid Djenadi aborde ensuite la question purement économique, qui est en fait une véritable bombe qui risque de souffler tout le pouvoir d’Alger. En effet, l’orateur révélera qu’avec la suppression de la sanction d’embargo commercial pesant sur l’Iran qui est pour bientôt et l’entrée du pétrole américain sur le marché international, la concurrence algérienne sera mise à rude épreuve, voire l’impossibilité pour l’Algérie de vendre son pétrole. Il faut avoir à l’esprit, indique encore le secrétaire général du MAK que les besoins et les produits énergétiques à partir de maintenant seront différents de ceux d’autrefois. « C’est pourquoi, ajoute-t-il encore, la véritable richesse économique à considérer est la ressource humaine ». Farid Djenadi cite l’exemple du Japon et Taïwan qui sont les symboles de la prospérité économique sans pour autant posséder de terres à vocation agricole ou des puits de pétrole. C’est sur ces mots que le secrétaire général a clos son intervention.

Et pour baisser l’adrénaline de l’assistance, Bouaziz Aït-Chebib a repris le micro pour appeler, encore une fois, non seulement les Kabyles à considérer la journée du 20 avril comme il se doit puisqu’elle sera l’occasion d’exiger la tenue d’un référendum sur l’autodétermination de la Kabylie mais aussi à moquer la manière du régime d’Alger de faire remplir l’urne de bulletins de vote en faveur de son candidat. En effet, à l’instar des citoyens de Larbaâ Nath Irathen et ses environs, les habitants de Sidi-Aïch ont ri de la galéjade du président du MAK à propos du candidat ayant pour nom Abdelaziz Boutefilka. « Cette fois-ci, a-t-il dit, ce sont les vivants à qui on a demandé de voter pour un moribond alors que dans les élections précédentes, on faisait voter les morts pour le candidat du régime ».

Devant l’éclatant succès du meeting du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) hier matin, à Sidi Aich, le candidat Ali Benflis qui devait animer à son tour un meeting à 14h dans la même localité , a carrément déclaré forfait et annulé son rassemblement. L’effet boule de neige ne fait que commencer !

Addenda : Au cours de la journée d’hier à I9 heures, Bouaziz Aît-Chebib et Hocine Azem ont animé un meeting au village Aït-Hamdoune dans la commune d’Aghbalou (Bouira). A l’issue de ce rendez-vous, les deux hommes ont axé leur interventions sur l’explication du projet pour un Etat kabyle, le rejet des élections et d’autres points d’actualité. Par ailleurs, il y a lieu de relever qu’après le rendez-vous de Sidi-Aïch, les quatre responsables du MAK ont pris la direction de Taskriout (Béjaia) pour animer un autre meeting. En définitive, les responsables du MAK poursuivent leur mission sans répit.



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche