Marrakech : Au 2e Forum international des droits de l’Homme, le MAK plaide pour l’autodétermination du peuple kabyle.

01/12/2014 - 13:15

MARRAKECH (SIWEL) — Représenté par Hocine Azem, secrétaire national aux relations extérieures, le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) a martelé, devant l’assistance, le droit inaliénable du peuple kabyle à son autodétermination. Plaidant pour le même droit à l’ensemble des peuples dont l’existence est niée, Hocine Azem n’a pas manqué d’apporter le soutien et la solidarité du MAK à l’ensemble des peuples amazighs opprimés par les Etats arabo-islamiques de l’Afrique du Nord.


Hocine Azem, secrétaire national aux relations extérieures (avec une écharpe amazighe autour du cou)
Hocine Azem, secrétaire national aux relations extérieures (avec une écharpe amazighe autour du cou)

Au cours de son allocution au Forum, Hocine Azem, a dû écourter son intervention en raison du temps imparti aux intervenants. Aussi dans sa brève intervention, le secrétaire national du MAK aux relations extérieures a brièvement exposé les raisons qui ont fait que « la Kabylie réclame depuis 2001 son propre statut politique dans le cadre du droit à l’autodétermination des peuples ».

Hocine Azem a expliqué pourquoi « Le peuple kabyle souhaite réaliser son destin par ses propres enfants, en dehors de toutes dominations étrangères », rappelant que le peuple kabyle a été dépossédé de sa liberté « depuis les Accords d’Evian entre l’Algérie et la France qui n’avait fait que rétrocéder la souveraineté du peuple kabyle à l’Algérie arabo-islamique ». Autrement dit, le peuple kabyle est passé du statut d’indigènes français à celui d’indigènes arabes sans avoir jamais été consulté pour son droit à l’autodétermination « dans le cadre du droit des peuples à disposer d’eux même ».

« À présent, la Kabylie souffre de tous les maux dont peuvent souffrir les sociétés occupées par un Etat étranger », explique le SN aux relations extérieures du MAK qui rappelle « qu’au regard de sa condition de "sous-peuple", le peuple kabyle aspire toujours, dans le cadre d’un combat pacifique et démocratique, à arracher son propre statut politique face à l’Etat algérien qui ne cesse de confisquer sa liberté et sa souveraineté tous azimuts ».

Remettant à l’assistance un dossier intitulé « Du MAK à l’Anavad » pour expliquer à l’assistance la nature de l’évolution du combat kabyle, passé de la revendication d’autonomie à celle de l’autodétermination avec la mise en place d’un Gouvernement provisoire kabyle, Hocine Azem n'a pas manqué de rendre un vibrant hommage à Ferhat Mehenni, figure emblématique du combat pour l’Autodétermination de la Kabylie, ce militant de la première heure qui a mené un combat sans relâche, constant et régulier, en faveur de la Kabylie pour son droit à l'existence en tant que Peuple et Nation, et qui n'a jamais manqué non plus d'être aux côtés des peuples qui, de par le monde, aspirent à réaliser leurs droits à disposer d’eux-mêmes.

Enfin, le secrétaire national aux relations extérieures du MAK a terminé son allocution en interpellant « toutes les consciences universelles éprises de liberté et de dignité humaines afin d’agir en faveur et en soutien de la cause kabyle pour que le peuple kabyle puisse arracher son droit à l’autodétermination, par voie pacifique et référendaire, sous les auspices de la communauté internationale face à l’Etat algérien dont on connait les méthodes racistes, brutales et anti-démocratiques ».


mel,
SIWEL 011315 DEC 14

NB: Vous trouverez le dossier remis aux participants en pièce-jointe ci-dessous

du_mak_a_l__anavad.pdf Du MAK à l'ANAVAD.pdf  (308.52 Ko)





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche