Marche en Kabylie : les étudiants de Tubirett réclament une prise en charge effetive de Tamazight

11/12/2012 - 14:54

TUVIRETT-Bouira (SIWEL) — Parmi la foule nombreuse que la marche populaire avait drainée, on pouvait noter la présence remarquable des étudiants du département de la langue amazighe de l’université Muhend Ulhadj de Tuvirett, des enseignants, des militants de la cause ainsi qu’une importante délégation du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK).


PH/DR
PH/DR
« Nous avons choisi, le 10 décembre, journée qui coïncide avec le 64ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH), pour affirmer que l’apprentissage de la langue amazighe n’est qu’un droit parmi les autres droits universels », nous déclare sur place, l’un des organisateurs de la marche dont le coup d’envoi de cette manifestation qui a sillonnée les ruelles de Tuvirett, a été donné depuis l’université Muhend Ulhadj.

Selon les organisateurs, la revendication principale était la généralisation l’enseignement de la langue amazighe et son enracinement dans le système éducatif. "La levée immédiate du caractère facultatif de Tamazight demeure une exigence irrévocable", selon l’un des responsables du comité national autonome pour l’enseignement de la langue amazighe (CNAELA), qui rajoute, qu"’il est nécessaire d’abolir ce fameux formulaire envoyé aux parents d’élèves, les invitant à retirer leurs enfants des classes de l’enseignement de la langue amazighe".

Durant la manifestation, des slogans hostiles au pouvoir ont été scandés, à l’image du slogan « Pouvoir Assassin » répété plusieurs fois. On pouvait entendre aussi « Corriger l’histoire, l’Algérie n’est pas arabe », ou bien « Azul Fellawen, Tuvirett Imazighen » et même des slogans en faveur de l’autonomie de la Kabylie ont été entendus de l’intérieur de la foule ! Ainsi le slogan « Kabylie Autonome » a été répété à plusieurs reprises.

La première destination des manifestants a été le siège de la wilaya de Tuvirett, où une délégation a été formée pour s’entretenir avec les responsables locaux. Bien qu’une prise de parole ait été entamée sur place, le président du Mouvement Pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK), M. Bouaziz Ait-Chebib, est venu apporter une mise au point. Il a clarifié que le statut de langue nationale de Tamazight n’a pas été accordé par quiconque, mais il a été arraché grâce aux multiples sacrifices et au sang versé par nos jeunes. Cette mise au point n’a pas été du goût de certains militants politiques présents sur place.

La deuxième destination de la manifestation était le siège de la direction de l’éducation de Tuvirett, un étudiant nous explique que les diplômes délivrés par l’université, ne sont pas reconnus par la fonction publique, ce qui constitue, selon notre interlocuteur un véritable déni.

Le soutien indéfectible du MAK

Lors de la marche, il a été constaté une la participation d’une importante délégation du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK) venue apporter son soutien aux revendications des manifestants. La délégation du MAK, conduite par son président M. Bouaziz Ait-Chebib, été accompagné du président du conseil universitaire de Tizi-Wezzu, M. Oukaci Samir, ainsi que de M. Salim Bachouche, responsable local au niveau du conseil régional de Tuvirett. Il faut dire que les militants du MAK, étaient présents en force durant l’événement.

Interrogé par Siwel, le président du MAK, M. Bouaziz Ait-Chebib, a rappelé le soutien de son mouvement aux revendications légitimes portées par les manifestants. Il a tout de même rappelé qu’il est nécessaire, pour garantir à notre langue un enseignement et un apprentissage de qualité, l’avènement de l’État Kabyle, seule solution pour son développement et sa promotion".

aaa
SIWEL 111454 DEc12



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu