Mali/Azawad: l'ONG ARVRA lance un appel d'urgence pour la protection des communautés en danger

27/01/2013 - 22:47

PARIS (SIWEL) — l'ONG ARVRA (Association des réfugiés et victimes de la répression de l’Azawad) lance un appel d'urgence et demande aux organismes internationaux habilités, aux Etats soucieux du respect des droits de l’Homme d’assister les populations et les personnes, de sécuriser, de mettre en place en urgence un dispositif de protection des personnes et de leurs biens dans l'Azawad.


L’un des puits de Sévaré où sont entassés les corps des victimes des exactions maliennes.( Ph/Slate Afrique/Capture écran JT France 2, le 22/01)
L’un des puits de Sévaré où sont entassés les corps des victimes des exactions maliennes.( Ph/Slate Afrique/Capture écran JT France 2, le 22/01)
RAPPEL DE L’URGENCE A PROTEGER LES POPULATIONS TOUAREGS SE TROUVANT AU MALI
ET RAPPEL DE L’URGENCE POUR UNE ASSISTANCE AUX REFUGIES

1. SITUATION DES EXACTIONS
Au cours des dernières semaines, il semble que l’armée malienne et les milices auraient commis les crimes sur des populations Touaregs, Maures et Peulhs:

Ces exactions ont été dénoncées à ARVRA par des témoins ou des proches des victimes à :
Bamako : Plusieurs domiciles auraient été vandalisés et des menaces proliférées aux habitants des domiciles
Mopti- Sévaré : de nombreuses personnes à peaux claires (dont des personnes qui avaient disparues et qui étaiet recherchées par leurs proches), avec mutilations des corps …

Fatoma-Konna : Des femmes Touaregs (groupe identifié) ont fait l’objet d’exactions, de viols et des hommes ont été victimes de massacres

Niono-Siribala : Des personnes (identifiées) ont été tuées par l’armée et ont subi des tortures avant leurs exécutions

Diabali : avant les frappes : Des personnes (identifiées) ont été tuées par l’armée et ont subi des tortures avant leurs exécutions (dont il semblerait : 4 Touaregs qui sont leurs compagnons d’armes)

Zone de Bandiagara : Des personnes ont été semble-t-il tuées par l’armée et ont subi des tortures avant leurs exécutions, Un groupe de femmes (identifié tentant de fuir vers le Burkina Faso est porté disparu.

Zone de Nampala-Mema : au fur et à mesure de l’avancée de l’armée les populations ont peur et fuient, elles craignent les exactions similaires à celles dénoncées ci-haut.

Gossi
7 personnes auraient été tuées par des éléments de l’armée

1 Chamelier aurait été abattu aussi par le même détachement entre Gossi et Hombori

Gao
Des personnes dont Attaher Ag Eharchawi et Atahaylal, auraient été égorgées par les milices et la population à Gao

Léré : 7 personnes auraient été tuées et l’armée aurait donné comme instructions aux populations de tuer tous civils Touaregs ou peaux claires qui se présenteront.

Des milliers de personnes fuient vers les pays limitrophes, aucune assistance n’est donnée à ces personnes.

Nous demandons aux organismes internationaux habilités, aux Etats soucieux du respect des droits de l’homme d’assister les populations et les personnes, de les sécuriser, de mettre en place en urgence un dispositif de protection des personnes et de leurs biens. Les Intervenants doivent prendre en compte la nécessité de protéger les personnes des communautés en danger.

ONG ARVRA

22 janvier 2013

zp,
SIWEL 272247 JAN 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu