SIWEL | Agence kabyle d'information

Madani Mezrag, Émir des terroristes du FIS, ne regrette rien !

08/02/2015 - 22:03

ALGER (SIWEL) — Madani Mezrag, chef de l'Armée islamique du salut (bras armée du Front Islamique du Salut), et non moins "consultant" auprès de la présidence de la république algérienne, avoue et ne regrette rien " Oui j'ai tué des algériens" !. mieux encore, il réfute le statut de repenti car ce terroriste sanguinaire, s'il devait se repentir, il ne "se repentirait que pour Dieu"... Les 200 000 personnes massacrées, égorgées, violées, décapitées l'ont bien cherché


Madani Merzak, terroriste de l'AIS et consultant auprès de la république algérienne (PH/DR)
Madani Merzak, terroriste de l'AIS et consultant auprès de la république algérienne (PH/DR)
Madani Mezrag, le chef terroriste de l’Armée islamique du salut (AIS), se définissant lui-même comme "Émir" de l'organisation terroriste AIS, bras armé du Front islamique du salut (FIS), dont les dirigeant sont aujourd'hui libres de poursuivre leurs appels à la haine dans les mosquées d'Alger, a donné une interview à la chaîne saoudienne Al-Arabiya dans la quelle il dit ne pas regretter d'avoir tué beaucoup d'algériens. Pour rappel, il y a eu pas moins de 200 000 personnes assassinées par les terroristes islamistes de l'AIS et par leurs "dissidents" du GIA (groupe islamique armé).

Ce criminel affirme avoir tué toutes ces personnes parce qu' « Ils nous ont confisqué nos droits et nous étions dans une situation de légitime défense ». Sauf que l'écrasante majorité de ceux que la nébuleuse islamiste a assassinée étaient de simples citoyens, parmi lesquels plus d'une centaine de journalistes, des jeunes filles qui refusaient de porter le voile, des laïcs, des démocrates et la crème de l’intelligentsia kabyle, comme Tahar Djaout, Smail Yefsah, Nabila Djahnine et tant d'autres.

Ce terroriste affirme qu'il a tué, sans regret, ceux qui voulaient le tuer : « Nous avons tué ceux qui voulaient nous tuer. Nous avons pris les armes pour défendre la voix du peuple et son choix politique ». Or, aucun islamiste n'a jamais été tué par un civil et encore mois par une jeune fille de 17 ans... Katia Benghana aurait-elle attenté à la vie d'un égorgeur du FIS ?

Il affirme également qu'il n'est pas un repenti parce que, précise-t-il, « Je ne me repentirai que pour Dieu » et que si son organisation terroriste a cessé les hostilités c'est en vertu de l'accord qui « garantissait à tous les membres de l’AIS de recouvrer leurs droits civiques et civils, dont celui d’exercer la politique » .

Mais Madani Mezrag n'est pas satisfait de l'impunité dont lui et ses acolytes ont bénéficié car, précise-t-il, « la réconciliation nationale qui exclut le retour à la politique ceux qui étaient impliqués dans le terrorisme durant les années 90 doit être être réformée ». Qu'à cela ne tienne, son organisation criminelle a déjà été autorisée à tenir son université d'été à Jijel et lui-même est le "consultant" privilégié de la présidence de la république algérienne. Quant à ses camarades égorgeurs, comme Ali Djeddi par exemple, ils sont membres de "l'opposition démocratique" pour les libertés et la transition démocratique et pas avec n'importe quel parti politique mais avec le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) de Said Sadi qui incarnait jadis le combat pour la laïcité, la démocratie et l'identité.

Alors, si dans les pires années du terrorisme la question du "qui tue qui" empoisonnait le débat et semait le doute chez les victimes de ces sectes criminelles, aujourd'hui ce qui empoisonne le débat et sème le doute dans le cœur des honnêtes gens c'est bien "qui est qui".

maa/wbw,
SIWEL 082203 FEV 15





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu