Lyazid Abid : "La Kabylie n’attend rien d’Alger et va droit vers son autodétermination"

25/01/2016 - 02:55

FREIBURG IM BREISGAU – A l'occasion des festivités de Yennayer 2016, la célébration organisée par l’association Amitié Allemagne-Kabyle (DKF) ce samedi 23 janvier à Umkirch, à la frontière franco-allemande et à la lisière de la Forêt-Noire, le vice-président du Gouvernement provisoire kabyle en exil, Lyazid Abid, a prononcé un discours dans lequel il a rappelé que "la Kabylie n’attend rien d’Alger. Notre chemin est tracé. Droit vers un referendum d’autodétermination".


Lyazid Abid : "La Kabylie n’attend rien d’Alger et va droit vers son autodétermination"
Je vois que nous sommes de plus en plus nombreux, à fêter Yennayer et j’en suis très content. En Kabylie Yennayer est devenu un formidable coup de starter de début d’année qu’on espère toujours couronnée de succès et riche de nouveaux acquis pour notre combat libérateur. C’est un jour particulier qui renforce notre attachement à la liberté et notre détermination à prendre notre destin en main.

Il y a quelques années, nous n’avions pas le droit de fêter publiquement Yennayer. Nous ne pouvions nous revendiquer de cet héritage millénaire. L’Etat algérien, qui se comporte en colonisateur en Kabylie et dans toutes les régions amazighes, essaye depuis ½ siècle de nous couper de notre histoire. Il nous force à rallier l’idéologie arabo-islamique pour qui le début de toute vie ordonnée, le savoir et la civilisation débutent avec l’arrivé du prophète Mohamed. Pour eux, toute civilisation antérieure à l’Islam est synonyme d’obscurantisme, voire des ténèbres.

Mais comme nous sommes un peuple obstiné, nous sommes restés inflexibles. Nous savons que nous ne pouvons aller nulle part si nous ne savons pas d’où nous venons. Alors, nous nous sommes accrochés à notre culture pour déjouer les stratégies visant à nous dépersonnaliser. Pour rester nous-mêmes, nous avons affronté les tyrannies les plus redoutables et ce n’est pas aujourd’hui, vous en convenez, que nous baisserons les bras.

L’Histoire le prouve, notre culture laïque et démocratique est en parfaire harmonie avec la modernité les valeurs universelles. Oui, Imazighen sont un peuple ouvert et tolérant, pacifique et solidaire. Nous sommes un peuple qui aime et respecte la vie par-dessus tout. Et c’est parce que nous voulons rester nous-mêmes, démocrates et laïcs que le pouvoir algérien nous combat. Nos langues, taqbaylit, tamzabit, taterguit, toutes dérivées de tamazight, sont des cibles à abattre. Pour Alger, qui prétend nous émanciper, il n’y que la langue arabe pour ouvrir les portes du paradis. Ainsi la destruction des langues amazigh et des cultures qu’elles véhiculent relève d’une mission divine.

Après avoir essayé toutes les méthodes pour anéantir tamazight mais sans y parvenir, Le pouvoir prône aujourd’hui une officialisation de celle-ci. Cette officialisation n’augure rien de bon. C’est un cadeau à double tranchant. L’Algérie usurpe l’honneur qui revient aux militants de la cause amazighs qui ont risqué leur vie et s’efforce d’acquérir une certaine légitimité qui lui permettra de réprimer toute voix discordante.

La ruse, destinée aux chancelleries occidentales, consiste à étouffer le peuple mozabites en catimini. A priver le peuple touareg de sa terre. A museler les Chaouis et à empêcher la Kabylie d’accéder à sa souveraineté.

Il en sera ainsi vu que le pouvoir algérien a reconnu tamazight non pas par conviction politique mais à cause des facteurs exogènes. Pouvait-il en faire autrement devant le voisin marocain qui lui l’a officialisée le 1 juillet 2011? Acculé, il tente de retourner la situation en sa faveur : user de moyens légaux pour vider tamazight de sa substance et de la culture qu’elle véhicule.

Cela ressort de la rédaction même de cet article. Tamazight est considérée comme une langue officielle accessoire. Elle n’est pas alignée sur la langue arabe mais derrière elle. Selon le projet de la nouvelle constitution, tamazight est aussi considérée comme une langue de deuxième classe, alors qu’elle est la seule véritable langue nationale en Algérie et au Maroc. L’arabe et le français sont des langues étrangères à Tamazgha (Afrique du Nord). La prédominance officielle de la langue arabe rappelle étrangement le statut du français du temps de la France coloniale. Matoub Lounès nous avait prévenu, avant son assassinat en 1998, Il n’y a plus rien à attendre de ce maudit pouvoir.

Si nous sommes aujourd’hui de plus en plus nombreux à nous revendiquer Amazigh, Kabyle, Mozabite, Chaoui, Targui, Rifain, Chleuh, si nous en sommes fier, c’est grâce à l’immense travail des militants berbéristes. C’est à eux que j’ai une pensée toute particulière. Je sais que vous êtes nombreux dans cette salle. À vous seul revient l’honneur de l’éveil des consciences des peuples amazigh. Vous êtes l’honneur de tamazigha. Vous avez affronté héroïquement la police politique de ce même pouvoir, qui, même en reconnaissant tamazight restera pourri et finissant. Oui c’est le même régime qui change de couleur tel un caméléon. En 1962 Bouteflika était ministre FLN, en 2016 il est président FLN. Que serait devenue l’Allemagne si elle était gouvernée par les mêmes hommes de l’époque de Konrad Adenauer ?

Les Kabyles, le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie, le Gouvernement provisoire kabyle, les Mozabites, les Touaregs sollicitent votre aide, l’aide de votre pays l’Allemagne et de l’Europe pour retrouver la liberté, leur souveraineté perdue et pour enfin apaiser les tensions criminelles allumées par le régime algérien.

Pour Rappel, le Bundestag, était saisi, en 2011, par Die Linke, que je remercie particulieremtn Frau Ulla Jelpke, sur entre autres la question kabyle, du MAK et de l’Anavad. Des questions ont été adréssées par le Gouvernement allemand au Gouvernement algérien. La réponse de ces derniers était pathétique. Pour Alger, les Kabyles sont respectés. La Kabylie ne manque de rien. La démocratie y bat son plein. Tamazight est décrétée langue nationale. Les Kabyles ont deux partis politiques, le FFS et le RCD et même un premier ministre kabyle, Ahmed Ouyahia. Aujourd’hui, les dirigeants allemands ont une preuve supplémentaire que l’Algérie pratique une politique mensongère est criminelle. N’est-ce pas ceux la mêmes qui disaient que les Kabyles ne manquent de rien qui officialisent aujourd’hui tamazight ?

Ce pouvoir est aussi menteur que dangereux. Il met en danger la paix et la sécurité en Kabylie, au Mzab et dans l’Azawad. C’est un danger pour la sécurité de tous les Amazighs. A ce titre le conseil de sécurité de l’ONU devrait se sentir interpellé pour assurer la sécurité, la paix et la prospérité des peuples qui ne demandent qu’a vivre en harmonie avec le reste du monde.

Officialisation de Tamazight ou pas, le combat libérateur continue. La Kabylie n’attend rien d’Alger. Notre chemin est tracé. Droit vers un referendum d’autodétermination.

L’Allemagne et l’Europe gagneraient à nous soutenir si elles veulent que les agressions de Cologne, les attentats Paris, de Charlie Hebdo cessent. La matrice idéologique arabo-islamique des pays d’Afrique du Nord, qui falsifie l’Histoire, glorifie la violence et prône la revanche sur l’Occident, alimente le Djihad. L’Afrique du Nord doit revenir entre les mains de ses enfants pour apaiser les tensions dans la région et dans le monde.

Freiburg, le 23/01/2016

Lyazid Abid,
Vice-président de l’Anavad



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu