Libye : Le New York Times révèle que des armes fournies par les américains à l’armée libyenne ont été « volées par des milices »

28/05/2014 - 14:13

NEW YORK (SIWEL) — Des armes fournies à une unité de l’armée libyenne formée par les Américains pour des missions « antiterroristes » ont été dérobées en août dernier par une milice, mettant fin à ce programme d’entraînement secret, a révélé mardi le New York Times. Ce programme financé sur des fonds secrets du Pentagone a été créé dans plusieurs pays du Sahel (Mauritanie, Niger et Mali), ainsi qu’en Libye, pour entraîner des commandos locaux à « traquer les militants extrémistes », notamment ceux affilés à la branche d’al-Qaïda au Maghreb (Aqmi), explique le quotidien. Petite question subsidiaire : Par quel miracle les USA, la France et tutti quanti, comptent-ils donc lutter contre le terrorisme quand ils favorisent l’installation et le maintien de tous les régimes qui produisent justement ce terrorisme, notamment à travers les institutions des Etats dont ils ont la gérance ?


Ainsi ce programme, financé sur des fonds secrets du Pentagone, pour « entraîner des commandos locaux à traquer les militants extrémistes » a tourné court en Libye. « En Libye, l’entraînement initial le plus ambitieux a pris fin de façon honteuse quand une milice s’est emparée des armes et équipements fournis à l’armée dans le cadre de cette formation » affirme le Times.

« Les faits se sont produits le 4 août 2013 sur la base de Camp Younis situé à une vingtaine de kilomètres de Tripoli. Les formateurs américains avaient fourni des fusils d’assaut M4, de lunettes de vision nocturne, des pistolets et des véhicules blindés à l’unité antiterroriste qu’ils entraînaient ». « Une milice libyenne s’en est emparée au cours d’un raid conduit peu avant l’aube, après avoir vraisemblablement été renseignée par un militaire libyen. Cet épisode a mis fin à l’expérience mais les responsables libyens et américains sont à la recherche d’un site plus sécurisé pour reprendre le programme », précise le quotidien.

Selon le New York Times, le Pentagone avait prévu un budget de formation et d’équipement de 16 millions de dollars pour entraîner deux compagnies et leurs éléments de soutien "pour contrer les menaces terroristes et extrémistes en Libye". Mais, le Pentagone est confronté à la difficulté de vérifier la loyauté des membres de ces unités d’élite ainsi que le respect des droits de l’Homme des troupes formées, affirme le New York Times.

Comme c’est curieux ?! …Comment s’étonner de l’expansion islamiste dans toutes les sphères du pouvoir politique et militaire en Afrique du Nord et au Sahel quand les dirigeant de ces Etats, tous « sous tutelle », et fortement imprégnés de l’idéologie arabo-islamiste, sont très nettement favorisés par les démocraties occidentales au détriment des peuples autochtones, c'est-à-dire des berbères ?

Il devient de plus en plus évident que le terrorisme islamiste, conséquence inévitable de l'idéologie arabo-islamiste, présente un certain nombre d' "avantages" pour l’occident parce qu'il constitue une arme de destruction massive des peuples dont les ressources énergétiques sont convoitées.

L’idéologie arabo-islamiste, sponsorisé par les Etats "amis et alliés" de l’occident, dont les richissimes monarchies du Golfe, contribue efficacement à inhiber toute velléité d’émancipation de développement et de modernité pour les peuples de ces territoires. Et, à bien y réfléchir, on comprend mieux pourquoi l’occident arme, forme et porte à bout de bras l’international djihadiste de Syrie, ce qu'ils appellent pudiquement la "rébellion syrienne", au détriment des seuls et uniques démocrates laïcs que sont les kurdes.

Pendant ce temps, ce même occident prétend combattre les islamistes au Mali quand ce sont essentiellement les Touaregs qui font les frais de cette prétendue lutte contre le terrorisme alors que les islamistes, dont ceux de Ansar Dine et du Mujao sont réhabilités, certains même en tant que "députés du Nord Mali" sous la houlette du parti présidentiel malien, pendant que leurs organisations, rebaptisées " HCUA " et " MAA " sont imposées, par la France, l'ONU et les USA, aux touaregs du MNLA pour négocier avec le Mali, un Etat qui n'existe que par la nécessite impérieuse de garder la main au plus près des précieuses ressources.

zp,
SIWEL 281413 MAI 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu