"Lettre ouverte à Ferhat Mehenni"

09/05/2015 - 13:32

KABYLIE (SIWEL) — " Tu n’as rien à regretter, tu as lancé l’idée de s’émanciper puis celle de se décoloniser, a eux maintenant de chercher à faire la paix. Tu nous as appris à militer et à revendiquer notre identité, maintenant ils sont près à légiférer et à faire des concessions sur des doléances très anciennes et anachroniques que seules les parties fourbes revendiquent." Extrait de la lettre ouverte de Mohamed Benarous


"Lettre ouverte à Ferhat Mehenni"

Lettre ouverte à Ferhat Mehenni

Il était une fois, La Kabylie et toi, et je n’oublierai jamais cela. Tu as tant donné pour notre patrie colonisée, tant sacrifié ta vie à cause de ces dégénérés, que je ne cesserai jamais de te remercier.

Tu vis toujours loin de nous, tu as brisé un tabou, et je reste dévoué à cela. Depuis que tu es parti, l’Algérie est affaiblie, la Kabylie a grandi, et tu as trouvé la solution à notre souci. Tu m’as fait ouvrir les yeux comme tu l’as fait à ces millions de Kabyles pour qu’enfin jaillisse notre liberté.

Dans tous ces journaux et dans la bouche de tous ces idiots, ils t’appellent le collabo, à défaut de faire partie de ces bourreaux. Tu avais le choix, d’être corrompu et algérien ou de rester toi-même, tu as choisi d’être fidèle à celle qui ta vu naître. Tu es leur portefaix à défaut de justifier leur incapacité, tu es leur cible préférée, et tu n’as rien à te reprocher.

Tu n’as rien à regretter, tu as lancé l’idée de s’émanciper puis celle de se décoloniser, a eux maintenant de chercher à faire la paix. Tu nous as appris à militer et à revendiquer notre identité, maintenant ils sont près à légiférer et à faire des concessions sur des doléances très anciennes et anachroniques que seules les parties fourbes revendiquent.

Nous sommes effectivement des enfants de Tamazgha, qui jadis parlaient peut être Tamazight, devenue kabyle, notre langue, et Kabylie, notre patrie, tu nous as fait comprendre cela. Par toi, par tes mots, avec ton humilité, tu nous as aidé à franchir le Rubicon, à nous de conquérir par-delà, tout en sachant que depuis là-bas, tu penses à nous, n’est-ce pas !

Mohamed Benarous,

SIWEL 091332 MAI 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu