Lettre à mes compatriotes Kabyles, par le Pr. Sadi Robin Melbouci

03/04/2016 - 13:30

WASHINGTON, DC (SIWEL) — L'infatigable militant de la cause kabyle, Sadi Robin Melbouci, entrepreneur aux États-Unis d'Amérique et animateur de l'association America Kabylia Friendship & Union (AKFU) écrit une lettre à ses compatriotes kabyles qui
mènent une lutte civique pour l'auto-détermination de la Kabylie pour vivre libre dans leurs valeurs de liberté, de justice, de solidarité et de prospérité : "La Kabylie n'atteindra pas sa plénitude culturelle, sociale et économique tant qu'elle fera partie de l’Algérie."


Sadi Robin Melbouci avec Ferhat Mehenni, en mai 2014 (PH/DR)
Sadi Robin Melbouci avec Ferhat Mehenni, en mai 2014 (PH/DR)
Chers Compatriotes,

Ces dernières semaines, le pouvoir algérien pris de panique a mis la pression dans l’utilisation des Kabyles de Services pour sauver l’Algérie et justifier la destruction de la Kabylie.

Le pouvoir a actionné ses relais comme « l’opération Jumelles » de la France des années 1950 où plus de 60 000 soldats étaient français déployés dans la Wilaya III (Kabylie). Cette campagne organisée directement des officines de la présidence. Le centre opérationnel accorde un sursis aux services pour anéantir tous ceux qui se battent pour restaurer leur liberté en recourant aux arrestations arbitraires, tortures, menaces et intimidations.

Le dernier rapport américain sur les Droits de L’Homme a mis en exergue l’usage de la torture, des arrestations et détentions arbitraires dans l’impunité la plus totale des auteurs de crimes.
Le pouvoir algérien est sous pression afin de respecter le droit des peuples algériens et plus particulièrement le droit du peuple Kabyle.

Le pouvoir algérien est toujours protégé par la France mais les réseaux sociaux ont rendu cette protection difficile. Tout crime est visible sur internet et la France ne veut pas être reconnue comme responsable des génocides, et la caste noire d’Alger craint des poursuites judiciaires internationales.

La France a créé l’Algérie en 1839 comme le stipule le décret ci-joint du Ministère de la Guerre française de l’époque.

En 1885, La France, la Grande Bretagne et d’autres pays européens ont procédé à un découpage de l’Afrique et ont créé des frontières arbitraires pour servir leurs intérêts respectifs pour les siècles à venir. Après l’indépendance de ces pays, Charles de Gaulle créa la cellule Françafrique qui dépendait exclusivement du Président et était indépendante du Ministère des Affaires Etrangères. Elle était initialement sous la direction de Jacques Foccart. Cette organisation opère dans l’ombre, son rôle est de maintenir les régimes des anciennes colonies françaises pour sauvegarder les intérêts de la France.

La France continue à ce jour le maintien des relations secrètes et ambigües avec les dictateurs africains, ses actions se résument au maintien de ces régimes à son service, au blanchiment d’argent, au financement illégal des partis politiques français, des coups d’état et assassinats.

Pendant la révolution tunisienne, la ministre française de la Défense (Michèle Alliot Marie) demandait à l’Assemblée nationale d’envoyer des forces spéciales en Tunisie pour réprimer dans le sang les manifestants afin de protéger les hommes que la France a placé au pouvoir.

L’Algérie a été créée par la France en 1839. Après l’Indépendance, la France a mis des gérants pour la gouverner à son service. Pour ne citer qu’un exemple, depuis l’arrivée de Bouteflika, plus de 50 milliards d’Euros sont détournés, blanchis et investis en France.

Aujourd’hui, la France continue de maintenir l’Algérie sous sa tutelle pour sauvegarder ses intérêts en nommant ses Présidents et ses Ministres en échange d’appartements et d’autres biens en France.

Le tracé des frontières algériennes est créé pour faire bénéficier les intérêts français. Aujourd’hui dire “une Algérie une et indivisible”, cela voudrait dire soutenir les intérêts français au détriment de ses propres intérêts.

Aujourd’hui dire “Vive l’Algérie une et indivisible” cela équivaut à dire “vive la France”.

Le pouvoir algérien soutenu et protégé par la France ne se soucie guère du bien être des peuples de l’Algérie. Il est au service de la France.

La génération de 1954, à l’image de Hocine Ait Ahmed, s’est battue pour un changement par la voie démocratique mais ce mode de gouvernance, non respecté par les dirigeants actuels et la France, a montré ses limites, n’a pas fonctionné.

Les peuples Africains ne vont pas retrouver la paix, la liberté, la justice et la prospérité que s’ils se séparent des tracés actuels des frontières pour bâtir leurs nations basées sur leurs valeurs, coutumes et traditions pour défendre leurs propres intérêts.

La Kabylie en particulier n'atteindra pas sa plénitude culturelle, sociale et économique tant qu'elle fera partie de l’Algérie.

Aujourd’hui, le peuple Kabyle mène une lutte civique pour son auto-détermination pour vivre libre dans ses valeurs de liberté, de justice, de solidarité et de prospérité.

Vive La Kabylie Indépendante

Sadi Robin Melbouci

SIWEL 031330 AVR 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu