Les retraités marchent à Tizi-Ouzou et se considèrent comme « les oubliés de l’Algérie »

28/11/2011 - 13:28

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Des centaines de retraités ont marché ce lundi matin à Tizi-Ouzou. La marche a débuté depuis le siège de l’UGTA, empruntant la rue qui longe le cinéma Djurdjura de Tizi-Ouzou pour finir devant le siège de la wilaya où une plate forme de revendication a été lue.


Marche des retraités à Tizi-Ouzou (Photo Tilelli -Siwel)
Marche des retraités à Tizi-Ouzou (Photo Tilelli -Siwel)
« On demande nos droits », « on ne fait pas l’aumône », sont les slogans adoptés par les retraités. Par le biais de leur Fédération nationale (FNTR), les protestataires ont interpelé l’État afin de mettre fin à leur précarité, disent-ils.

« Après avoir mis tous nos espoir dans les travaux de la dernière tripartite, voilà que nous récoltons la désillusion et la frustration. Il est temps de prendre notre destin en main en investissant la rue », a affirmé un des marcheurs à Siwel.

Dans une déclaration de l’UGTA à Tizi-Ouzou, rendue publique, ce syndicat écrit que « les revendications qui ont été présentées lors de la dernière tripartite n’ont pas été débattues. Au lieu de prendre des mesures concrètes répondant à toutes nos attentes, nous avons eu droit à la désignation d’une commission chargée d’étudier les moyens de financement ».

Il ajoute qu'« à l’adresse des retraités on évoque, plutôt la solidarité gouvernementale comme s’il s’agissait de leur faire l’aumône… ».

Parmi les points soulevés par l’UGTA, l’augmentation de la majoration pour conjoint à charge qui fixe cette indemnité à 600 DA, validation des années de service national, exonération de l’IRG des pensions de retraite inférieures à 40.000.00 DA et l’octroi d’une valorisation conséquente à hauteur d’un taux unique de 40 % de toutes les pensions de retraite.

Dans la wilaya de Vgayet, les retraités ont rallié les rangs du syndicat national autonome Snapap qui défendra désormais les intérêts de cette frange, accusant l’UGTA « d’être de cet abandon dont ils sont victimes ». Les retraités réclament entre autres « une pension qui permettrait de boucler leur fin de mois sans trop de crédit sur le dos face à la cherté de la vie ».

Soutien du FFS aux revendications des retraités

Le Front des forces socialistes a apporté son soutien aux retraités de la wilaya de Tizi-Ouzou. Selon le FFS, « après avoir accompli des années de durs labeurs et aspiré à un repos bien mérité, les travailleurs en retraite se trouvent totalement exclu des débats du tri (mono) partite (tripartite NDLR) ».

« Gavés de promesses jamais tenues, cette frange de la société algérienne, écartée des préoccupations salariales, continue de vivre dans la précarité, le mépris et la désillusion », a-t-il précisé dans un communiqué rendu public.

« A cet effet, le FFS condamne fermement ce déni de droit élémentaire, exhorte et exige des pouvoirs publics de mettre fin aux disparités existant en matière de salaire, de pension et allocation de retraite et appelle l’ensemble des travailleurs et des retraités à rester solidaires et vigilants ».

tt
SIWEL 281330 NOV 11




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu