SIWEL | Agence kabyle d'information

Les habitants de Draa ben Khedda reviennent à la charge et ferment le siège de la wilaya de Tizi Ouzou.

11/06/2013 - 19:23

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Après avoir été tabassés hier par les forces de police algérienne, les habitants de la cité des 400 logements de la localité de Draa ben Khedda n’ont pas baissé les bras. Ce matin, mardi 11 juin, dès les premières heures de la matinée, ils sont revenus à la charge en occupant l’entrée du siège de la Wilaya de Tizi-Ouzou et se sont montrés plus que jamais déterminés à empêcher les travaux de construction d'une coopérative immobilière au détriment du dernier espace vert de leur cité.


Hier, un rassemblement de protestation pacifique, contre les travaux de construction d’une coopérative immobilière lancés sur le seul espace vert de leur cité, avait été organisé par les habitants de la cité des 400 logements de Draa ben Khedda, devant le siège de la wilaya. Les services de la wilaya ont répondu par le mépris et la violence. En effet, non seulement ils ont refusé de les recevoir mais le Wali a, en plus, ordonné une sauvage répression afin de «disperser les perturbateurs ».

Cependant, malgré l’extrême violence de la répression d'hier, qui s’était, pour rappel, soldée par une trentaine de victimes, les citoyens sont revenus, aujourd'hui, à la charge et ont occupé, dès les premières heures du matin, l’entrée du siège de la Wilaya de Tizi-Ouzou, bloquant ainsi l’accès au personnel.

En réponse au silence et au mépris de la Wilaya de Tizi-Ouzou, les habitants de la cité des 400 logements affirment être déterminés à aller jusqu'au bout pour mettre un terme aux travaux de cette construction qui détruit le seul espace vert de leur lieu d’habitation. La gestion étatique du foncier en Kabylie répond à une véritable mafia politico-financière, sans foi ni loi, qui ne tient pas compte des critères élémentaires de l'urbanisme, et encore moins des doléances des citoyens, à peine considérés comme de la volaille que l'on entasse dans des cages à poules.

Pour rappel, le MAK qui a dénoncé aujourd’hui la très dure répression contre les citoyens de Draa ben Khedda, a appelé à la solidarité mais aussi à « l’extrême vigilance », insinuant que cela pourrait relever de la provocation envers la Kabylie. Faisant allusion aux incertitudes et aux intrigues quant à la succession de Bouteflika, le MAK dit craindre que « la Kabylie ne soit livrée en victime expiatoire » à la furie du régime algérien qui se déchaîne contre le peuple kabyle à chaque fois que la nébuleuse à la tête de l’Algérie vit un séisme politique.

zp,
SIWEL 111923 JUIN 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu