Les généraux algériens s'attaquent au kabyle Ferhat Mehenni

25/10/2015 - 15:11

QUIMPERLE (SIWEL) - Après les attaques du clan des Bouteflika, c’est au tour du clan rival, celui des généraux, de manifester sa haine et sa peur à l’encontre de Ferhat Mehenni qui est incontestablement l’ennemi juré et numéro 1 de l'Algérie coloniale.


Les deux clans qui se disputent le pouvoir en Algérie partagent le même ennemi : la Kabylie et à sa tête celui qui incarne son combat libérateur, en l’occurrence, Ferhat Mehenni. Ils se livrent une compétition infâme qui consiste à déterminer qui développe plus de haine à l’égard du leader du nationalisme kabyle.

C’est dans ce sillage que les généraux algériens emboîtent le pas aux serviteurs du clan des bouteflika, Ouyahia, Sellal, Amer Ghoul, … en versant leur venin à travers le pseudo-journal « Algérie Patriotique ».

Suite à l’invitation du président du Gouvernement provisoire kabyle par le maire socialiste de Quimperlé, Alger est prise de panique et d’inquiétude. Elle lâche une fois de plus sa meute en faisant appel à des « ONG » qui nous rappellent les organisations de masse du parti unique, le FLN, pour contester cette invitation jugée comme « une ingérence dans les affaires intérieures de l’Algérie ».

«A l'occasion de la seconde édition de la semaine internationale "Regards croisés sur le monde", que vous organisez du 2 au 8 novembre 2015, nous avons appris par le canal associatif, comme vous l'annoncez sur le site internet de la ville de Quimperlé, que vous vous apprêtez à accueillir une organisation séparatiste d'extrême droite algérienne et son président», proteste le «tissu associatif» algérien, dans une lettre adressée au maire socialiste breton et relayé comme par hasard par le journal des fils des généraux algériens Nezzar et Toufik .

«Nous venons, ici, non pas vous exprimer des regrets, mais dénoncer cette initiative malheureuse qui, pour nous, relève de l'ingérence directe dans la politique algérienne et dans la conduite des affaires du peuple algérien, puisqu'en vous associant à une branche de l'extrême droite algérienne, vous démontrez que votre choix n'est pas neutre», s’insurgent les auteurs anonymes de la lettre.

A rappeler qu'aucun nom des signataires n'a été cité par ce "journal" qui est allé jusqu'à bloquer les commentaires qui sont largement favorables au président de l'Anavad, Ferhat Mehenni.

Il s’agit là d’une tentative désespérée de diaboliser tout kabyle qui lutte sans complexe ni tabou pour l’indépendance de la Kabylie à l’instar de Ferhat Mehenni.

Ces attaques qui coïncident avec le retour du président du GPK de New York où il a procédé au lever du drapeau national kabyle devant le siège des Nations Unies, confirment l’état de panique qui règne dans les hautes sphères du régime algérien.

Chaque pas franchi par l’Anavad sur le plan diplomatique fait trembler Alger. La diabolisation et la diffamation de son président dénotent que le soleil de la liberté se lèvera bientôt sur la Kabylie et son peuple.

cdb,
SIWEL 251516 OCT 15



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche