Les funérailles de l’étudiant Amazigh assassiné par le Polisario ont eu lieu aujourd’hui

28/01/2016 - 17:53

MARRAKECH (SIWEL) — Omar Khalik a été enterré aujourd’hui dans son village natal à Tinghir. Il a été assassiné par la branche estudiantine du Polisario, partisans de la République arabe sahraoui.

Omar Khalik a été grièvement blessé lors des affrontements ayant eu cours entre les étudiants amazighs et les étudiants panarabistes du Polisario.

Pour rappel le Polisario est soutenu par l’Algérie et a comme objectif de fonder un Etat arabe sur des terres amazighes. Les Amazighs du Sahara occidental sont d’ailleurs fortement réprimés, notamment dans les camps de Tindouf entretenu par l’Algérie à cet effet.


Le cercueil de Omar Khalik recouvert du drapeau amazigh (PH/Amadalpresse.com)
Le cercueil de Omar Khalik recouvert du drapeau amazigh (PH/Amadalpresse.com)
Ainsi, à la suite des graves blessures qui lui ont été infligées par les panarabistes sahraouis, Omar Khalik a été hospitalisé au CHU de Marrakech. Malheureusement, il a succombé à ses blessures hier mercredi 27 janvier, selon le Mouvement Culturel Amazigh à Marrakech, ce qui porte à deux le nombre de victimes amazighes du Polisario dans les université du Maroc, notamment à Marrakech et à Agadir.

Un journal amazigh marocain, Amazigh 24, précise davantage les conditions de ces assassinats : «les coupables sont des éléments de la branche panarabiste sahraouie, pro-polisario , qui propagent l’idéologie polisarienne et soutiennent l’édification d’une République arabe sahraouie sur une terre amazighe » déclare Yugerthen membre du Mouvement culturel à Amazigh 24,

Le Mouvement Culturel Amazigh, a par ailleurs appelé à une « mobilisation pour neutraliser ces daechiens qui sévissent dans les Universités marocaines et qui reçoivent une double bourse, juste parce qu’ils sont sahraouies et polisariens et qu’ils font peur au Makhzen ».

Les funérailles du jeune homme ont eu lieu aujourd’hui dans son village natal. Le jeune étudiant a été accompagné à sa dernière demeure par plusieurs centaines de personnes brandissant des drapeau amazighs et des banderoles dont notamment une où l’on pouvait lire « ULAC SmahULAC » ( pas de pardon, pas de pardon); le slogan phare du Printemps Noir de Kabylie, en 2001, où la gendarmerie algérienne avait assassinée près de 150 jeunes kabyles avec des balles explosives .


Source Amazigh24 et Amadalpresse

SIWEL 281753 JAN 16

Omar Khalik, jeune étudiant amazigh de 26 ans assassiné  par des partisans de la république arabe sahraoui à Marrakech (PH/Amadalpresse)
Omar Khalik, jeune étudiant amazigh de 26 ans assassiné par des partisans de la république arabe sahraoui à Marrakech (PH/Amadalpresse)

Sur cette banderole, on peur lire « ULAC Smah ULAC », le slogan phare du Printemps Noir de 2001 en Kabylie qui a vu près de 150 jeuens kabyles exécutés à balles explosives par la gendarmerie algérienne (PH/Amadalpresse)
Sur cette banderole, on peur lire « ULAC Smah ULAC », le slogan phare du Printemps Noir de 2001 en Kabylie qui a vu près de 150 jeuens kabyles exécutés à balles explosives par la gendarmerie algérienne (PH/Amadalpresse)



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu