Les étudiants de l’Université « Mouloud Mammeri » empêchent la gendarmerie algérienne de faire une conférence dans l’université.

20/11/2014 - 12:14

TIZI-OUZOU (SIWEL) — L’Etat algérien a déployé un dispositif répressif impressionnant composé de gendarmes, de policiers et de cadres de la police algérienne pour imposer cette « conférence » qui n’est rien d’autre qu’une provocation de trop contre la Kabylie. Les étudiants, sous le choc, ont été dignes de la réputation de l’université de Tizi Ouzou qui a accouché du printemps amazigh , ils ne se sont pas laisser faire, ils ont empêché cette conférence de la honte qui rappelle la répression féroce des événements de 1980. La Gendarmerie algérienne a violé les franchises universitaires et s'est ’invitée de force, hier soir, à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou pour faire une conférence sur « la nouvelle loi sur le service national ».



Les étudiants de l’Université Mouloud Mammeri ont empêché hier soir, la gendarmerie algérienne de faire une conférence au sein de l’université. Fidèle à elle-même, la gendarmerie algérienne se comporte en permanence comme une force d’occupation en Kabylie. Après avoir tué 127 jeunes kabyles et blessé des milliers d'autres avec des balles explosives durant le printemps noir, la Gendarmerie algérienne viole les franchises universitaires pour s’inviter de force, ce matin, à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou sur « la nouvelle loi sur le service national ».

Pour ce faire, l’Etat algérien a déployé un dispositif répressif impressionnant composé de gendarmes, de policiers et de cadres de la police algérienne pour imposer cette « conférence » qui n’est rien d’autre qu’une provocation de trop contre la Kabylie. Les étudiants, sous le choc, ont été dignes de la réputation de l’université de Tizi Ouzou qui a accouché le printemps amazigh , ils ne se sont pas laisser faire, ils ont empêché cette conférence de la honte qui rappelle la répression féroce des événements de 1980.

Au moment où nous mettons en ligne ce papier, les étudiants de l’université Mouloud Mammeri ferment le rectorat pour dénoncer cette violation des franchises universitaires qui n’augure rien de bon pour le pays kabyle.


Le conseil régional MAK de Tizi-Ouzou condamne cette atteinte gravissime à la dignité des étudiants kabyles et apporte son soutien indéfectible à la communauté universitaire de Tizi Ouzou tout en rappelant que la Kabylie doit se mobiliser pour sauver ses universités de l'embrigadement idéologique et des plans diaboliques de l'Etat algérien visant à priver le pays kabyle de sa matière grise. Pour le conseil régional, la gendarmerie algérienne n'est rien d'autre qu'une force d'occupation qui a déjà tué 127 jeunes kabyles ; de ce fait, le peuple kabyle doit impérativement s'en débarrasser.

Affaire à suivre...
cdb,
SIWEL 201214 NOV 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche