Les deux civils abattus par l'armée algérienne seront inhumés aujourd'hui

30/11/2011 - 08:48

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Rafik Haddad, âgé de 18 ans et Mohand Matoub, un sexagénaire mortellement atteints par balles de l'armée algérienne seront inhumés aujourd'hui mercredi au village de Tigwnatine dans la commune d'Akerrou, daïra d'Azeffoun.


La population de Fréha proteste devant la caserne militaire le 11/09/2011 après que Zahia Kaci ait été abattue (PH/M.F)
La population de Fréha proteste devant la caserne militaire le 11/09/2011 après que Zahia Kaci ait été abattue (PH/M.F)
Les deux victimes, Rafik Haddad, âgé de 18 ans et Mohand Matoub, la soixantaine chassaient le sanglier dans la forêt de Yakourène lorsque des éléments de l'Armée algérienne, qui tendait une embuscade à un groupe terroriste selon une source sécuritaire, ont ouvert le feu sur eux, tuant le premier sur le coup et blessant grièvement l'autre qui décéda quelques heures plus tard à l’hôpital d'Azazga.

Depuis l'annonce de leur mort, les habitants d'Akerrou sont en rassemblement devant le siège de la mairie.

Depuis avril dernier l'Armée algérienne aura tué quatre personnes en Kabylie dans ce qui est présenté comme des « bavures ». Le 26 avril, Dial Mustapha, un ouvrier de 42 ans et père de 4 enfants, a été tué dans le chantier où il travaillait à Iazzuguen (Azazga) lors du passage d'un convoi militaire. Le 15 août, un garde communal en surveillance d'une antenne de la télévision algérienne avait été tué sur les hauteurs de l'Akfadou à 50 Km du chef-lieu de Vgayet (Béjaïa). Le 11 septembre, Zahia Kaci, âgée de 55 ans, mère de 14 enfants, a été tuée près d'une caserne de l'ANP à Fréha.

cc
SIWEL 300849 NOV 11





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu