Les associations culturelles et sportives de Tizi-Ouzou sont "invitées" à faire "barrage au MAK" le 20 avril

08/04/2016 - 16:11

TIZI-OUZOU (SIWEL) — "Dans le cadre de la préparation des activités commémorant le 20 avril", la Direction de la culture de Tizi-Ouzou, avec le concours du Bachagha Ould Ali El Hadi et sous les ordres du Préfet (wali) de Tizi-Ouzou, Brahim Merad, organise une réunion avec les associations à caractère culturel et sportif, demain samedi 09 Avril, au petit théâtre de la maison de la culture Mouloud Mammeri, et ce dans l'objectif de faire barrage au MAK.

La presse algérienne est invitée à médiatiser la mascarade de la commémoration par les institutions de l'Etat algérien des évènements du 20 avril qu'il a provoqué par son racisme anti-kabyle, sans compter les 128 jeunes kabyles assassinés par la gendarmerie algérienne qui sont totalement évacués, oubliés, doublement assassinés par cet omerta qui frappe la mémoire d'une jeunesse fauchée à la fleur de l'âge par des balles explosives...


Ainsi, en plus du préfet Brahim Merad qui appelle officiellement à marcher le 20 avril 2016 pour vider de son contenu la symbolique de cette date, précisant qu'il marcherait "dans le premier carré" s'il était certain de ne pas entendre des "slogans blessants" comme pouvoir assassin..., c'est maintenant au tour de la Direction de la culture de Tizi-Ouzou de s'impliquer, toujours sous les ordres du préfet (wali) Brahim Merad, dans le détournement scandaleux du 20 avril par le pouvoir algérien.

C'est ainsi qu'une invitation est lancée à "l'ensemble des associations à caractère culturel et sportif pour samedi 09 Avril 2016 à 10 h dans le cadre des activités commémorant le 20 avri" . La presse algérienne est invitée à couvrir ce Hold-Up
alors que cette date symbole est très attendue par le peuple kabyle qui refuse que le 20 avril soit manipulé par celui qui en avait fait une date sanglante et plongeant ainsi la Kabylie entière dans le deuil et dont les stigmates sont toujours aussi douloureux.

Si le Wali Merad a oublié les 128 jeunes victimes de la gendarmerie algérienne, et si le Bachagha Ould Ali a oublié que le sang versé par cette même gendarmerie est le sang de la jeunesse kabyle,qu'ils sachent que le peuple kabyle lui ne l'a pas oublié, qu'il ne l'oubliera jamais, qu'il ne le pardonnera jamais et que cette tragédie est une marque indélébile gravée en lettres de sang dans la mémoire collective du peuple kabyle.

Quelles que soient les pressions, les intimidations, les intoxications médiatiques, ce 20 avril 2016 sera comme le 20 avril 2015, ce sera le printemps de l'espoir du peuple kabyle et cet espoir est porté par le MAK, raison pour laquelle la jeunesse kabyle se reconnait massivement dans le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie.

dk/zp,
SIWEL 081611 AVR 16





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu