"Les arabo-baathistes veulent enterrer Aït Ahmed et Ferhat le même jour", une contribution de Farid Attoui

02/01/2016 - 07:05

CONTRIBUTION (SIWEL) — Depuis l’annonce de la mort de Hocine Aït Ahmed, le pouvoir algérien, via sa clientèle et ses barbouzes habituelles, ne cesse de désigner une autre cible à abattre absolument : Ferhat Mehenni. Ils veulent faire du deux-en-un. Tous les relais médiatiques, qu’ils soient du clan Médiene ou de celui des Boutefllika, et leurs agents dormants en Kabylie et ailleurs sont réactivés, l’ordre leur est donné de taper fort et sans discernement sur le leader des patriotes kabyles.


Photo montage (Ferhat Mehenni, à g. Hocine Ait Ahmed à d. et scène de l'enterrement de ce dernier en Kabylie, le 01/01/2016 (PH/DR)
Photo montage (Ferhat Mehenni, à g. Hocine Ait Ahmed à d. et scène de l'enterrement de ce dernier en Kabylie, le 01/01/2016 (PH/DR)
« Si vous n’êtes pas vigilants, les médias arriveront à vous faire détester les gens opprimés et aimer ceux qui les oppriment. » – Malcolm X

Les médias algériens ne font que cela à notre égard, d’autant plus que c’est sur commande et sur ordre. Dans ce pays, la liberté de la presse n’est que chimère et illusion. Ils ne font que substituer le bourreau par la victime, ils appellent raciste celui qui est victime du racisme, ils tapent sur l’opprimé en le désignant sciemment comme l’oppresseur, ils vilipendent le patriotisme kabyle tout en glorifiant le nationalisme arabe.

Depuis l’annonce de la mort de Hocine Aït Ahmed, le pouvoir algérien, via sa clientèle et ses barbouzes habituelles, ne cesse de désigner une autre cible à abattre absolument : Mas Ferhat Mehenni. Ils veulent faire du deux-en-un. Tous les relais médiatiques, qu’ils soient du clan Médiene ou de celui des Boutefllika, et leurs agents dormants en Kabylie et ailleurs sont réactivés, l’ordre leur est donné de taper fort et sans discernement sur le leader des patriotes kabyles.

La haine du kabyle était toujours le socle du pouvoir en Algérie, sa constante et celui qui la cimente. Quand ils glorifient un Kabyle c’est toujours pour abattre et accabler un autre Kabyle. Leur hypocrisie est tellement immense, démesurée, excessive et vulgaire que le plus simple des kabyles en a saisi la ruse et la fourberie. Ils tressent des couronnes à un homme qu’ils avaient exilé, emprisonné, trainé dans la boue avec leurs mensonges et calomnies, et condamné à mort. Ils chantent les louanges d’un homme qu’ils avaient détesté et honni. Pour les Arabo-baathistes algériens, Ait Ahmed est certes un révolutionnaire, un fervent défenseur de l’Algérie et de son indépendance, un partisan de l’état-nation algérien fut-il au détriment de notre vraie identité, un état qui est devenu le leur, un « algérianiste » absolu et résolu jusqu’au reniement de soi et au prix d’un renoncement gigantesque, mais il était aussi Kabyle, et ils ne voyaient que sa kabylité. Pour eux, la méfiance envers tout ce qui est kabyle est une règle inviolable et sacrée. Dans les moments durs et difficiles, Ait Ahmed n’avait que ses frères kabyles autour de lui, malgré les divergences politiques et les différences de visions.

Ils avaient calomnié Ait Ahmed, ils avaient vilipendé et tué Ouali Benai, Ould Hamouda, Krim et tant d’autres et, maintenant l’ennemi suprême à abattre est Ferhat Mehenni.

Leur immoralité et leur bassesse ne les dissuadent pas de transformer le deuil et la tristesse de millions de personnes et de la famille du défunt en un peloton d’exécution pour Ferhat Mehenni. Ils espèrent tuer Ferhat en utilisant la mort d’Ait Ahmed, en usant et en abusant du mensonge, de la calomnie et de la perfidie comme ils en avaient toujours l’habitude.

N’est dupe que celui qui souhaite le rester! Mas Ferhat Mehenni est attaqué par nos ennemis de toujours parce qu’il est un patriote kabyle, un défenseur du peuple kabyle et de ses intérêts, un homme qui s’acharne avec beaucoup de sacrifice et de sincérité à libérer son peuple du joug colonial arabe. Il est attaqué et diffamé parce qu’il est le fondateur du MAK, ce fief de patriotes kabyles qui rejettent le fait accompli et qui refusent d’accepter têtes baissés notre disparition et notre effacement de la surface de la terre.

Ferhat Mehenni est vilipendé avec férocité parce qu’il est le digne fils de Benai Ouali, d’Ould-Hamouda et tant d’autres frères qui ne voulaient pas sacrifier ce qu’ils sont pour une autre cause, fut-elle immense et sacrée. Mais ne savent-ils pas, ne rendent-ils pas compte, ces sots et ces ignares, que leurs dénigrements, leurs attaques, leurs mensonges et leurs fables ne font que renforcer la détermination du peuple kabyle à se libérer de leur domination. Ils ne font qu’augmenter l’estime et la considération dans les cœurs de nombreux kabyles pour Ferhat et ses compagnons ? Ne savent-ils pas, ces imbéciles, que les pourris et les putrides ne font qu’élever celui qu’ils pensent abaisser?

La mort d’Aït Ahmed et ce foisonnement d’attaques perfides contre Ferhat Mehenni m’ont encore fait penser, leur image a jailli dans mon esprit tel un volcan, aux deux grandes figures pour le combat pour notre identité et notre existence : Ouali Benai et Amar Ould Hamouda. Que du temps perdu et surtout quels aveuglements.

L’erreur fatale, qui pourrait nous coûter jusqu’à notre existence, est d’avoir ignoré le message de ces deux grandes figures de notre histoire. Ils avaient vu avant tout le monde, l’égarement identitaire qui guettait l’Algérie « indépendante » et qui ne cesse de perdurer jusqu’à nos jours. Ils ont saisi et compris avant tout le monde l’enterrement de l’identité amazigh que préparaient bien avant l’indépendance les chantres du panarabisme et à leur tête Messali et Lahouel. Ils ont vu avant tout le monde la vision raciste et ségrégationniste des dirigeants du PPA. Un parti qui avait viré du nationalisme algérien vers le nationalisme arabe. Ils avaient compris qu’accepter cette offense et ce déni au nom d’une cause fut-elle suprême ne signifierait qu’acquiescement à disparaitre et ne conduirait qu’à une Algérie arabe et uniquement arabe. L’Algérie indépendante s’est transformée en un pays anti-amazigh, anti kabyle, un pays d’apartheid et de ségrégations, un pays qui planifie notre disparition.

L’histoire se répète, l’imbécile est celui qui n’en apprend rien. Le MAK, ce mouvement patriote kabyle, a fait la synthèse de nos errements passés et des utopies d’hier. Il a saisi le message de nos valeureux tués pour la cause du peuple Kabyle, et se bat pour que les plans maléfiques et diaboliques de nos ennemis ne se réalisent pas. Des frères et sœurs kabyles ont compris que la sauvegarde de notre identité et de notre liberté n’est possible et n’est viable que dans le cadre d’une Kabylie indépendante et souveraine.

Dans les prochains jours, l’acharnement de nos ennemis contre Ferhat Mehenni et contre le MAK s’amplifiera et ira crescendo, ils ne lésineront sur aucun moyen, ils espèrent sincèrement qu’un mensonge mille fois répété devient une vérité absolue. Les torchons El Chourouk, El Ennahar, le pseudo-journal des fils de Mediene et de Nezzar « AlgériePatriotique», El khabar, Elbilad… verseront encore et encore leur venin sur Ferhat Mehenni et les patriotes kabyles.

Quand de tels ennemis acharnés et animés d’une haine incommensurable, assumée et revendiquée, envers tout ce qui est kabyle, s’attaquent avec une telle férocité à Ferhat Mehenni, c’est que ce dernier est sur la bonne voie. Alors point de tergiversations, soyons tous derrière lui et laissons les chiens enragés et nourris à la haine du kabyle aboyer jusqu’à l’épuisement, la caravane de la liberté passera.

Rien ne peut résister à un peuple qui a décidé de se libérer de ses chaînes. Rien

Farid ATTOUI

wbw
SIWEL 020705 JAN 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche