Le régime syrien bloque l'internet grâce au matériel d'une firme américaine

31/10/2011 - 14:04

SAN FRANCISCO (SIWEL) — Une entreprise américaine spécialisée dans la sécurité des réseaux reconnaît que le gouvernement syrien se sert d'au moins 13 de ses appareils pour censurer l'activité de ses citoyens sur l'internet.


La gamme ProxySG de Blue Coat dont se servirait le régime syrien pour filtrer l'internet. (PH/DR)
La gamme ProxySG de Blue Coat dont se servirait le régime syrien pour filtrer l'internet. (PH/DR)
Blue Coat Systems Inc., une entreprise américaine dont le siège est à Sunnyvale, en Californie, connue auparavant en tant que CacheFlow, spécialiste dans les logiciels de sécurité, déclare avoir livré à Dubaï à la fin de l'année dernière des appareils "filtrant" l'internet, croyant que ceux-ci étaient destinés à un département du gouvernement irakien. Cependant, les appareils "ProxySG", -qui peuvent bloquer des sites internet ou enregistrer les visiteurs de ces sites- ont fait leur chemin vers la Syrie, pays soumis à un embargo commercial américain stricte, selon le "Syria Accountability Act" datant de 2004, stipulant qu'il est interdit aux entreprises américaines de vendre des marchandises à la Syrie.

Des membres "hacktivistes" suédois du groupe Telecomix, engagés en faveur de la liberté d'expression sur Internet, ont publié 54Go de données ayant été prélevées sur sept appareils Blue Coat servant de passerelle internet auprès du département syrien des Télécommunications. L'analyse de ces données par des experts en sécurité et des avocats de dissidents Syriens, montrait ainsi que des termes de recherche dont «Israël» et «proxy» ont été bloqués par le régime syrien.

Dans un premier temps, Blue Coat avait nié les allégations avancées par ces activistes du net en déclarant que ses produits auraient pu être acquis via le marché noir ou sur eBay. Le porte-parole de Blue Coat, Steve Schick, avait déclaré « Blue Coat ne vend rien à la Syrie. Nous nous conformons aux lois d'exportation américaines, et nous ne permettons pas à nos partenaires de vendre à des pays sous embargo. »

Un membre de Telecomix, connu sous le pseudonyme Okhin, a déclaré qu'il était probable que la Syrie n'avait pas acheté ces périphériques directement auprès de Blue Coat, car « ces dispositifs sont extrêmement mal configurés, et nous pensons que lorsque Blue Coat vend ses passerelles, ils doivent habituellement vendre en même temps les compétences techniques nécessaires pour configurer et utiliser ce matériel ».

Ces révélations donneront des explications aux observateurs internationaux et aux militants des droits de l'homme qui s'étaient plaints du fait que le pouvoir de Damas mettait sous silence les activités en ligne des opposants au régime syrien. aux observateurs

Les Nations Unies affirment que le bilan de ces sept mois de manifestations contre le régime de Bachar el-Assad dépasse les 3 000 morts.

wbw
SIWEL 311404 OCT 11




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu