"Le peuple kabyle a droit à son autodétermination, c’est une question de vie ou de mort"

30/09/2013 - 02:44

AT VU YUSEF (SIWEL) — Poursuivant ses rencontres de proximité avec les militants de son mouvement en prévision du conseil national qui se tiendra le 4 octobre prochain, le président du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK), Bouaziz Ait Chebib, accompagné de Amar Hakim, membre du conseil national, s’est entretenu avec les militants d’At Vu Yusef qui viennent d’intégrer le mouvement Kabyliste.


le président du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), Bouaziz Ait-Chebib (PH/DR)
le président du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), Bouaziz Ait-Chebib (PH/DR)
Après avoir rendu hommage aux martyrs kabyles de 1963, à l’occasion du 50e anniversaire de la création du Front des Forces Socialistes en Kabylie, le président du MAK a répondu aux questions des militants et pris note de leurs suggestions.

A l’issue d’un débat démocratique, il a été décidé de procéder à l’installation de la coordination d’At d’At Vu Yusef suivie d’un programme d’action visant à sensibiliser davantage la population locale en faveur de l’Autodétermination du peuple Kabyle.

En voici quelques extraits de la communication du président du MAK :

Etat de santé de Bouteflika :

Les victimes ne se préoccupent jamais de l’état de santé de leur bourreau. De même que la kabylie n’a pas pleuré Boumediène, Ben Bella, Kafi, Chadli, elle ne va pas pleurer Bouteflika qui l’a réprimé dans le sang.

Succession de Bouteflika :

La lutte des clans au somment de l’Etat dit Algérien, ne concerne en rien la Kabylie étant donné que le peuple kabyle n’a jamais reconnu le régime raciste d’Alger et ses pouvoirs successifs. Bouteflika, ses parrains militaires ou ses successeurs potentiels auront tôt ou tard à répondre des crimes qu’ils ont commis contre la Kabylie et son peuple. L’indifférence affichée par le peuple kabyle vis-à-vis de l’état de santé du chef du clan d’Oudjda, la pseudo révision constitutionnelle et les élections présidentielles montre que le divorce entre la Kabylie et l’Etat algérien est irréversible. De ce fait, notre seule préoccupation est de libérer le peuple kabyle du joug de l’Algérie arabo-islamique conformément au droit des peuples à l’autodétermination consacré par tous les textes du droit international.

La guerre antikabyle du pouvoir algérien :

Le régime algérien s’est donné pour objectif de normaliser la Kabylie par l’inoculation massive de l’idéologie arabo-islamique à tous les niveaux. Pour cette agression, il use de tous les moyens dont il dispose. Outre un quadrillage militaire et policier destiné à imposer une chape de plomb sur la société, il mobilise aussi une presse arabophone raciste et antikabyle et les mosquées qu’il livre à des prédicateurs intégristes dont la mission est de provoquer, partout où c’est possible, les prémices d’une guerre civile entre les Kabyles.

Cette guerre antikabyle qui a pris une forme claire depuis l’arrivée au pouvoir de Bouteflika en 1999, s’accentue du jour en jour à travers les agissements néfastes du pouvoir central contre la Kabylie dont les principaux sont :
- Volonté délibérée d’éradication de la langue et de la civilisation kabyles en Kabylie.
- Kidnappings réguliers des investisseurs et commerçants kabyles dans le but d’assécher l’investissement privé en Kabylie.
- Refus de l’Etat de tout investissement dans le pays kabyle pour accentuer le chômage et l’exode des Kabyles.
- Quadrillage et surveillance militaire et policière du peuple kabyle.
- Octroi de très fortes incitations financières et matérielles (800.000 Dinars, voitures, logements) aux terroristes “repentis ” pour s’installer en Kabylie.
- Incendies volontaires d’oliveraies et de forêts kabyles par les troupes de répression.
- Confiscation de toute subvention de l’étranger pour le développement du pays kabyle (à l’exemple de celle du Canada dans le cadre du PNUD destinée à l’environnement).
- Interdiction aux maires kabyles de voyager à l’étranger.
- Tentatives récurrentes de dépersonnalisation de la kabylie par les subventions massives accordées aux associations salafistes.
- Répression d’essence inquisitoire contre les citoyens laïcs et les minorités religieuses qui refusent de se plier au diktat islamiste.

Mobilisation derrière le MAK et le GPK

En réaction, la Kabylie a trouvé les ressorts de la résistance à travers la création du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK), né à la suite de l’hécatombe de sa jeunesse en 2001 où 128 citoyennes et citoyens ont été assassinés par les gendarmes et policiers avec des armes de guerre les plus meurtrières. Les marches et rassemblement d’avril 2013, aussi bien en Kabylie qu’à la diaspora, ainsi que l’action historique du 3 aout pour la liberté de conscience en Kabylie, ont prouvé l’adhésion populaire massive du peuple Kabyle au projet de son autodétermination pour aller dans le sens de sa libération. La situation est grave ! Seule une mobilisation générale derrière le MAK et le GPK est salutaire.

Chaque Kabyle doit réagir et agir pour qu’il prenne en main son propre destin et celui de ses enfants. Le peuple kabyle a droit à son autodétermination, c’est une question de vie ou de mort.

Voir la publication sur le site du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie

http://www.makabylie.info/spip.php?article1289 http://www.makabylie.info/spip.php?article1289





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu