Le jeune kabyle Ameziane Mezdad relâché mais placé sous contrôle judiciaire

23/04/2014 - 21:13

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Le jeune kabyle, Ameziane Mezdad, qui filmait en cachette les émeutes qui se déroulaient le lundi 21 à Tizi-Ouzou entre des groupes de jeunes kabyles et les forces de répression algériennes a été surpris et embarqué par la police. Il n'a été relâché qu'aujourd'hui en fin de journée et est en liberté conditionnelle, a-t-on appris auprès de M. Bouaziz Ait-Chebib, le président du MAK qui avait dépêché dans la journée une avocate du Mouvement pour retrouver le jeune dont la disparition venait d'être signalée au mouvement Kabyle.


Le jeune Ameziane Mezdad était en train de filmer les scènes d'émeutes à Tizi-Ouzou quand il a été surpris par des policiers qui l'ont embarqué immédiatement. Son matériel lui a été immédiatement confisqué. Il a été gardé en détention pendant deux jours et n'a été relâché qu'aujourd'hui en liberté conditionnelle.

Le président du Mouvement pour l'autodétermination de l;a Kabylie (MAK), M. Bouaziz Ait-Chebib, qui a été informé aujourd'hui de la disparition du jeune homme a immédiatement dépêché une avocate du mouvement auprès du commissariat de police pour s'enquérir de ses nouvelles. La police a refusé de communiquer la moindre information à l'avocate sur le jeune homme prétextant ne pouvoir donner d'information qu'à la famille du jeune homme.

Finalement le jeune homme a été relâché en fin de journée mais il est en "liberté conditionnelle". Son seul crime est d'avoir filmé les forces de répression algérienne aux prises avec des jeunes kabyles à Tizi-Ouzou.

M. Ait-Chebib, qui avait contacté par téléphone la famille du jeune homme puis le jeune homme lui-même après sa libération les a assurés du soutien total de son mouvement et la mise à disposition d'un collectif d'avocats en cas de rebondissement de l'affaire. " Le jeune Ameziane a été arbitrairement arrêté juste pour avoir filmé les émeutes", a précisé le président du MAK, " si la police n'avaient rien à se reprocher, ils n'auraient pas eu besoin de procéder à l'arrestation du jeune homme, ni à la confiscation de son matériel" a-t-il encore ajouté.

Ameziane Mezdad est donc sorti de sa mésaventure avec la police algérienne avec une arrestation, deux jours de détention arbitraire et une libération conditionnelle mais il n'a pas été maltraité selon le témoignage du jeune homme.

cdb,
SIWEL 232113 AVR 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu